Pour éviter un couac politique lors de la présentation de son plan d’action devant les députés, le premier ministre s’est réuni, mardi dans l’après-midi, avec les chefs des partis qui soutiennent le pouvoir. Ainsi, Ahmed Ouyahia a rencontré Amara Benyounès, président du MPA, Amar Ghoul président de TAJ, Djamel Ould-Abbès, secrétaire général du FLN, ainsi que Seddik Chihab, représentant du RND.

Officiellement, la rencontre est consacrée à l’étude du plan d’action du gouvernement. En somme, une réunion de coordination. Dans les faits, les échos distillés dans la presse évoquent des questions plus poussées. Car, s’il est évident que les partis qui constituent l’alliance présidentielle soutiendront le texte que présentera Ahmed Ouyahia, ils auront d’autres missions beaucoup plus délicates. Il s’agit notamment d’organiser la riposte aux attaques que porte l’opposition vers le pouvoir. Ces derniers temps, la presse et des personnalités de l’opposition multiplient les flèches contre le chef de l’Etat. Les critiques concernent notamment l’état de santé de Abdelaziz Bouteflika. Les appels à la démission du Président se multiplient.

En plus de cela, le gouvernement a besoin d’un maximum de soutiens pour faire passer ses mesures impopulaires et surtout pour vendre le recours à la planche à billets. Un exercice qui s’avère être difficile pour Ouyahia et ses alliés.