Les tentatives d’Israël d’intégrer l’Union africaine, ne serait-ce que comme pays observateur, sont anéanties par l’Algérie. Notre pays, soutenu par l’Afrique du Sud, empêche, pour l’instant, le forcing qu’opère l’Etat hébreu en vue de mettre un pas dans l’organisation panafricaine. C’est ce que révèlent d’ailleurs certains médias qui citent notamment l’ambassadrice d’Israël en France.

« Israël essaie de retrouver son statut d’observateur à l’Union africaine, mais il y a des pays africains qui sont influencés par des pays arabes ou par d’autres nations qui ne sont pas favorables à Israël» proteste Aliza Bin-Noun, l’ambassadeur d’Israël en France. Pour elle, «l’Algérie (…) joue un rôle négatif. L’Afrique du Sud, même si nous avons des relations diplomatiques, poursuit une politique très critique à l’égard d’Israël. L’Iran, qui joue un rôle en Afrique, promeut elle aussi une politique anti-israélienne sur le continent» fustige-t-elle.

Depuis quelques mois, Tel-Aviv multiplie les initiatives envers l’Afrique. Son premier ministre, Benyamin Netanyahou et son chef de la diplomatie, Avigdor Liberman, ont sillonné récemment certains pays africains à qui ils ont promis des milliards de dollars d’investissements. Résultat : le Kenya, le Rwanda, l’Ethiopie, le Soudan, la Zambie, le Malawi et le Ghana se sont déjà engagés à accueillir Israël en tant que pays observateur auprès de l’Union africaine. Mais l’Algérie et l’Afrique du Sud bloquent toute initiative de ce genre !