Le gouvernement de Ahmed Ouyahia fonctionne à deux vitesses. Alors que le premier ministre a annoncé, devant des dizaines de journalistes, que le gouvernement n’a pas l’intention de revoir le cahier des charges de l’industrie automobile, son ministre de l’Industrie soutient le contraire.

En déplacement à Blida, Youcef Yousfi a, en effet, annoncé la « finalisation imminente » du cahier des charges organisant l’industrie automobile. Il a souligné, selon l’agence APS, « l’impératif pour l’industrie automobile algérienne de marquer sa contribution dans l’Industrie automobile en général, non sans signaler l’option prise par son département ministériel pour aller dans ce sens ».

Cette déclaration de Youcef Yousfi est, dans ce sens, en droite ligne de ce qu’affirmait son prédécesseur, Mahdjoub Bedda. Mais elle contredit les récentes assurances du Premier ministre qui se posait la question sur l’utilité de changer la situation actuelle du secteur de l’automobile.

Avant de quitter le gouvernement, l’ancien ministre avait effectivement affirmé que le nouveau cahier des charges devait obliger les constructeurs à s’impliquer directement dans l’industrie du montage automobile. Il entendait, également, forcer les investisseurs à investir dans la sous-traitance et à s’engager vers plus d’exportations. Ces dispositions figureront-elles dans le nouveau cahier des charges ?