Décidément, l’Algérie est encre une économie administrée. Preuve en est, l’administration est le premier secteur qui concentre la plus grande masse salariale de tout le pays. En effet, rien qu’en 2016, près de 30 milliards de dollars ont été dépensés pour couvrir les salaires des employés des diverses administrations algériennes.

Et c’est l’office national des statistiques (ONS) qui révèle ce chiffre impressionnant dans une publication regroupant les différents tableaux statistiques correspondants à une série
cohérente des comptes économiques annuels afférents à la période allant de 2011 à 2016. Cette publication nous apprend ainsi que les revenus des salariés de l’administration algérienne ont atteint pas moins de 3 089, 5 milliards de Da en 2016, soit l’équivalent de près de 30 milliards de dollars ! Une somme colossale consacré aux paiement des salaires d’un secteur produisant très peu de valeur ajoutée pour l’économie nationale.

A titre de comparaison, la rémunération du secteur économique ne regroupe que 1881,9 milliards de Da en 2016, soit l’équivalent de près de 18 milliards de dollars. Ainsi, la somme dépensée dans notre pays dans pour s’acquitter des salaires au sein de nos administrations représentent quasiment le double de celle consacrée à la rémunération des salariés dans le secteur économique censée être productif et créateur de richesses.

Si l’on s’appuie sur les mêmes statistiques, l’administration bureaucratique abrite pas moins de 59 % de la rémunération des salariés en Algérie. Le secteur économique ne capitalise que près de 36 % des salaires payés dans notre pays. C’est dire enfin que le secteur bureaucratique cannibalise l’économie et consomme des budgets énormes avec lesquels on aurait pu développer toute une nouvelle économie productive et émancipée vis-à-vis de la rente pétrolière.