L’homme d’affaires Mohamed Bairi, vice-président au Forum des Chefs-d’entreprises, l’organisation patronale présidée par Ali Haddad, est cité dans une affaire de chèques sans provision qui est en cours de traitement en ce moment à la Cour Suprême, a appris Algériepart suite à ses investigations. 

Ces chèques portent sur un montant de près de 14 milliards de centimes, a-t-on encore appris. L’affaire est, pour le moment, en suspens et l’homme d’affaires, un membre important du FCE, risque d’être ébranlé par un scandale qui ne manquera pas de relancer le débat sur l’influence “malsaine” du pouvoir de l’argent en Algérie.

Cependant, contacté par nos soins, Mohamed Bairi a nié catégoriquement l’existence de ce dossier et affirme qu’il n’ a ‘”aucune affaire en justice”. “J’avais une seule affaire en justice au niveau de Sidi Bel-Abbès où moi-même j’ai déposé plainte contre un client, un distributeur, qui m’a remis des chèques sans provision”, a-t-il encore confié dans son témoignage à Algériepart. “C’était en 2004 et je me retrouve malencontreusement, ensuite, accusé dans ce même dossier d’émission de chèques sans provision. Fort heureusement, la justice a corrigé sa décision et un non-lieu a été prononcé”, précise Mohamed Baïri qui récuse ainsi toutes ces accusations et affirme qu’il est totalement innocent.

Pour rappel, Algériepart a consacré récemment une enquête sur le tenants et aboutissants du business de Mohamed Bairi, l’un des acteurs économiques algériens les plus importants dans le secteur automobile. Il est notamment l’associé du milliardaire Ahmed Mazouz et son fils Naim Mazouz dans le projet de l’usine de montage des véhicules utilitaires IVECO. Soulignons enfin que nous avons tenté de contacter le FCE pour obtenir ses réactions à propos de cette affaire. Malheureusement, aucun responsable de ce patronat n’était disponible pour répondre à nos sollicitations. De son côté, la Rédaction d’Algériepart poursuivra ses investigations et reviendra sur ce dossier dans ses prochaines publications.