Le bilan d’Abdelmadjid Tebboune à la tête du ministère de l’Habitat, un département qu’il avait dirigé pendant pas moins de 5 années, entre 2012 et 2017, laisse entrevoir plusieurs anomalies et des irrégularités qui soulèvent des soupçons de malversations. 

Comme il a été rapporté précédemment par Algériepart, à la suite du limogeage brutal de Tebboune, une enquête a été diligentée au niveau du ministère de l’Habitat pour éplucher tous les dossiers gérés et chapeautés par lui pendant 5 ans. Ce dernier avait pour responsabilité de diriger tous les chantiers des logements AADL ou LPP. Un enjeu stratégique qui avait fait de lui l’un des ministres les plus emblématiques et les plus influents ces dernières années.

Une influence qui lui permettait, décidément, de donner des précieux cadeaux aux entreprises chinoises qui construisaient des logements pour l’Etat algérien. Selon les investigations d’Algériepart, l’expertise des bilans de Tebboune à la tête du ministère de l’Habitat a dévoilé que les 5 grandes entreprises chinoises présentes en Algérie, à savoir la  CRCC et deux de ses filiales (CRCC 14 et  CCECC), la CSCEC, la CRCEG, Synohydro et Shandong Luqiao, ont obtenu grâce à Tebboune un taux de transfert de dividendes très favorable.

En effet, selon nos informations, l’ancien ministre de l’Habitat aurait manœuvré discrètement pour que ces entreprises chinoises puissent transférer entre 30 à 32 % du montant global de leurs marchés obtenus en Algérie alors que la loi stipule que ces transferts ne doivent pas dépasser les 15 %. Abdelmadjid Tebboune est soupçonné aujourd’hui d’avoir offert ces cadeaux financiers aux chinois en échange d’une contrepartie lucrative.

Pour l’heure, une inspection se trouvant au ministère de l’Habitat poursuit encore ses investigations. Par ailleurs, un autre marché conclu par Tebboune avant son départ du ministère de l’Habitat est passé à la loupe. Il s’agit de celui des cuisines qui ont été sélectionnées pour équiper les logements LPP. Le choix des fournisseurs de ce mobilier a suscité l’étonnement des enquêteurs et les critères de leur sélection soulèvent de nombreuses interrogations. Certains de ces fournisseurs semblent entretenir une grande proximité avec l’entourage de Tebboune. Algériepart poursuit ses recherches dans ce dossier.

Par ailleurs, les enquêteurs planchent enfin sur les avances forfaitaires dont ont bénéficié des entreprises turques et chinoises. Cet avantage accordé à ces sociétés étrangères ne semble pas respecter la réglementation en vigueur. Là encore, Tebboune risque d’être épinglé et rappelé pour fournir des explications. Il pourrait bel et bien se retrouver dans de beaux draps dans les jours ou semaines à venir.