Ce qui est redouté est finalement arrivé. L’usine sidérurgique d’El-Hadjar, à Annaba, a totalement cessé de travailler. La raison ? Il n’y a plus d’eau pour alimenter les machines qui doivent faire fonctionner la structure. Surtout qu’une usine d’une telle envergure nécessite des millions de mètres cubes d’eau.

Il y a quelques jours, en effet, les responsables de l’usine ont tiré la sonnette d’alarme, d’autant plus que toute la région de Annaba connaît ces derniers jours des émeutes à cause de coupures d’eau. Des coupures qui durent parfois plusieurs jours. Mais à cause notamment de l’abaissement spectaculaire des niveaux des barrages qui alimentant la région, les autorités ne semblent pas avoir de solutions pour alimenter les populations et les installations économiques en eau potable.

En proie à de graves difficultés économiques et financières, l’usine d’El-Hadiar tournait déjà au ralenti. Des deux hauts fourneaux qui la font fonctionner, la fabrique de sidérurgie, qui fut jadis la fierté de l’Algérie, ne fonctionne qu’avec un seul. Les promesses des autorités de relancer la machine de production de l’usine n’ont rien donné. Une difficulté que vient donc d’aggraver la crise de l’eau.