Entre 2005 et 2014, près de 40 mille migrants algériens se sont installés au Québec. En effet, les 39 971 migrants venus d’Algérie forment la première communauté des 500 000 nouveaux immigrants accueillis par le Québec durant la même période. 

Ces chiffres ont été confirmés et révélés par le ministère de l’immigration, de la diversité et de l’inclusion du Québec. Ceci dit, au Canada, beaucoup d’Algériens ne vivent pas encore le rêve qu’ils caressaient durant des années. Un reportage publié récemment par la prestigieuse publication, Le Monde Diplomatique,  planche sur le désenchantement des immigrants algériens en particulier et maghrébins en général. “Le taux de chômage particulièrement important au sein de la population active d’origine maghrébine : 20 % à 30 % selon les estimations, c’est-à-dire trois à cinq fois plus que la moyenne de la province”, explique à ce sujet la même source qui rapporte une croustillante anecdote laquelle résume parfaitement la situation triste de plusieurs diplômés algériens et maghrébins : “en cas d’urgence médicale à Montréal, mieux vaudrait appeler un taxi, conduit par un médecin maghrébin ou subsaharien qui ne peut exercer faute d’équivalence de diplôme, que faire appel aux services hospitaliers, régulièrement congestionnés…”

C’est dire enfin que le rêve canadien s’est transformé pour certains en un cauchemar. Mais en dépit de cela, les immigrants algériens ont réussi leur installation dans ce pays lointain connu pour ses hivers très rudes.