Face aux multiples appels de l’opposition qui préconisent avec véhémence la tenue d’une élection présidentielle anticipée en raison de l’absence répétitive du Chef de l’Etat, l’entourage d’Abdelaziz Bouteflika ne cède à aucune panique. Au contraire, les proches du cercle présidentiel assurent que le Président n’est pas du tout “influencé par ces gamineries”. 

“Le président Abdelaziz Bouteflika a totalement la capacité d’aller jusqu’au bout de son mandat”, assure un conseiller à la Présidence de la République qui qualifie les manœuvres de l’opposition d”enfantillage”. “Pourquoi voulez-vous que le Président soit destitué ? Il n’y a aucune contestation populaire menée à l’encontre de sa personne. La rue n’est pas tout sensible à ces appels de l’opposition et les Algériens ne sont pas dupes”, explique le même interlocuteur qui a requis l’anonymat.

Un ancien diplomate proche de la famille Bouteflika croit savoir également que l’opposition exagère énormément dans ses pronostics sur l’état de santé du Président. “Certes, il n’est pas dans une très bonne forme comme lors de ses premières années au pouvoir. Mais, il n’est pas non plus mourant et inconscient comme veulent nous le faire croire nos opposants”, confie ce diplomate qui continue de fréquenter la famille Bouteflika jusqu’à aujourd’hui.

Au Palais d’El-Mouradia, où les fonctionnaires attendent toujours la nomination d’un nouveau chef de cabinet pour remplacer Ahmed Ouyahia nommé récemment Premier-Ministre, personne ne fait part de la moindre inquiétude concernant l’avenir politique de Bouteflika. “Il restera président jusqu’à la fin de son mandat. Il n’y aura pas d’élection présidentielle anticipée sauf s’il décède au cours de son mandat”, certifie un haut cadre qui travaille à la Présidence. “L’Algérie ne connaît pas l’instabilité du Venezuela et n’est pas ébranlée par d’immenses manifestations populaires comme ce fut le cas au Brésil. La personne de Bouteflika demeure respectée et inspire la confiance à la majorité Algériens. Malheureusement, nos opposants ne veulent pas le reconnaître”, conclut en dernier lieu notre source qui signe et persiste : “croyez-moi, même l’hypothèse du 5e mandat n’est pas à écarter si le Président préserve son état de santé”. Ce pronostic risque de faire couler beaucoup d’encre dans les jours à venir.