En « limitant » le nombre d’importateurs d’aliments de bétail, Abdelmadjid Tebboune, l’ancien Premier-Ministre, avait donné l’impression de « chasser » les brebis galeuses d’un secteur qui rapporte gros aux professionnels de l’Import-Import. Mais la réalité est toute autre.

Selon les investigations menées par Algériepart, l’ancien premier ministre n’a fait que transférer certaines quantités importées par des entreprises privées à d’autres opérateurs. A titre d’exemple, l’Etablissement de commerce international ECI Boudiab, dont le siège social est à Béjaia, importait 1.100.000 tonnes de maïs par an. Avec la venue de Abdelmadjid Tebboune, la société  a perdu beaucoup de ses quotas. C’est également le cas de la société DIAM GRAIN, appartenant à Monsieur Omari. La société est localisée à Bouira. Elle importait 800.000 tonnes par an. Avec la liste de Tebboune, elle n’importe rien du tout. De même que l’entreprise BENTRACOM, appartenant à Monsieur Bennacer de M’sila n’importe plus de maïs alors qu’elle importait 600.000 tonnes par an avant la nomination de l’ancien Premier ministre

En revanche, cette politique a profité à d’autres opérateurs. Ainsi, SCCO Bédjaoui, sise à Oran à importé 366.000 tonnes pour le deuxième trimestre 2017 alors que, en 2016 elle n’a importé, sur toute l’année que 153.691 tonnes. C’est aussi le cas  de la Sarl Cipaco, dont le gérant s’appelle Benahmed. Elle est localisée à Tlemcen. Elle a importé en 266.000 tonnes toute l’année 2016. Rien que pour les 7 premiers mois de l’année en cours, cette société a acquis 289.000 tonnes.

Cette politique a également été dénoncée par d’autres opérateurs dans d’autres secteurs. C’est le cas d’un transformateur de viande d’Akbou (Béjaïa) qui se plaint de ne plus importer de viande congelée, alors que d’autres opérateurs ont cette possibilité ! Décidément, l’héritage de Tebboune continue de poser un énorme problème aux autorités.