Moins d’un mois après sa nomination, l’éphémère premier ministre Mr Tabboune a évoqué le problème de la fiabilité des statistiques. Le 24 mai il a annoncé ; “A ce jour, nous ne possédons pas des statistiques exactes !”. “Nous sommes encore dans «l’approximation”, avait-il dit encore.

“Dire entre 30% et 50% est illogique, l’écart entre les deux chiffres est trop grand. On aurait accepté entre 30% et 30,5%, mais l’approximation actuelle est inacceptable”, avait-il expliqué. Ce n’est donc pas la première fois que le problème de la fiabilité des chiffres se pose en Algérie. Le manque des données chiffrées fiables ne permet pas de lire l’évolution de l’économie du pays et encore moins de faire des prospectives. Or, pour gouverner un pays, il est indispensable de connaitre la réalité de l’existant, seul les chiffres permettent de décrypter cette réalité.

Vu le manque de crédibilité accordé aux chiffres, on est bien obligé de reconnaître qu’il n’est pas possible de gérer et encore moins de parler de “plan d’action du gouvernement”. A ce titre, les responsables successifs du ministère de l’agriculture, annoncent de leur côté des chiffres assez déroutants ;  « La valeur de la production agricole nationale a atteint 35 milliards de dollars en 2014, ce qui permet de satisfaire les besoins du pays à 72%”, a indique jeudi à Bouira, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelwahab Nouri au cours d’une conférence de presse à l’issue de sa visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Bouira.

Donc la valeur de la production agricole en 2014 aurait  été de  35 Md de $ soit l’équivalent de la recette (35,72 Md $) des hydrocarbures pour 2015 !

Tenant compte du fait que l’Algérie exploite moins de 5 millions (dont un million de terres irriguées, et 3-3.5 céréaliculture pluviale) d’hectares par année, on se retrouve avec une productivité à l’hectare de l’ordre de 7000 $. A titre comparatif, le Maroc est la France en sont respectivement à 1200 $ et 2310 $ par hectare.

Le rapport 2016 de l’Institut International de Recherche sur les Politiques Alimentaires  (IFPRI) révèle qu’en 2013 la productivité des terres a été estimée à 208 $/ha, soit 1.04 Md de $ pour l’ensemble des 5 millions d’hectares de notre pays. Où en sommes nous par rapport aux 35 Md $ annoncés en grandes pompes par nos autorités ? E tout cas très loin des 30 et 50% déjà jugés trop « approximatif » par Tebboune. Avec des chiffres pareils où nous passons de 208 à 7000 $, nos dirigeants versent tout simplement dans le ridicule.

Quand il est question de production agricole, donc de sécurité alimentaire, un secteur vital où il n’est permis aucune marge d’erreur, manipuler de telles données comme si elles étaient réelles, est dangereusement trompeur. Il faut bien comprendre que l’enjeu est de taille puisqu’il ne s’agit pas de chaussures, de portables, de cosmétiques…, mais de l’alimentation de 40 millions de citoyens algériens. L’agriculture algérienne ne doit surtout pas se nourrir de mirages. Il  est urgent et nécessaire de faire un état des lieux.

Sofiane Benadjila, expert algérien diplômé de l’École nationale supérieure agronomique (Ensa). 

Quelques sources : 

 

*https://www.ifpri.org/node/15815

Rapport 2016 sur les politiques alimentaires mondiales: Synopsis

SYNOPSIS.  INTERNATIONAL FOOD POLICY RESEARCH INSTITUTE (IFPRI)

*http://www.bernard-deschamps.net/2016/08/quelle-agriculture-pour-l-algerie.html

QUELLE AGRICULTURE POUR L’ALGERIE ? 1 août 2016

*https://www.djazairess.com/fr/elwatan/526127

Omar Bessaoud : «Ce qu’impose l’impératif de la sécurité alimentaire…» Publié dans El Watan le 01 – 08 – 2016.

*http://www.capital.fr/entreprises-marches/les-revenus-du-petrole-et-du-gaz-de-l-algerie-ont-chute-de-41-1097678. LES REVENUS DU PÉTROLE ET DU GAZ DE L’ALGÉRIE ONT CHUTÉ DE 41%

* http://maghrebemergent.com/actualite/maghrebine/74998-algerie-apn-tebbioune-l-etat-c-est-l-etat-l-argent-c-est-l-argent-nos-statistiques-sont-approximatives.html. Algérie-APN – Tebboune: “L’Etat, c’est l’Etat, l’argent, c’est l’argent”, nos statistiques sont “approximatives. 21 juin 2017.