Les jeunes qui ne remboursent pas leurs “crédits ANSEJ” peuvent s’estimer heureux. L’Etat vient de signifier aux banques de « ne plus saisir » le matériel accordé à ces entreprises.

C’est ce qu’a indiqué le ministre du Travail, Mourad Zemali, lors d’un déplacement à Guelma.n il a estimé que les saisies du matériel sont « illégales ». « J’invite les directeurs des banques à relire la convention qu’ils ont signé », a-t-il indiqué en référence aux accords signés entre les banques et les organismes qui accordent des micro-crédits, à l’image de l’ANSEJ et de la CNAC.

«La saisie est une perte pour tout le monde car le matériel est vendu au dinar symbolique par les banque. Certes l’état est garante, mais il faut rembourser les prêts », a ajouté le ministre. Dans le même sillage, Mourad Zemali a rappelé que le gouvernement a décidé d’accompagner « les jeunes promoteurs ». Il a également souligné que son département œuvrera à suivre, sur le terrain, « l’application effective de la décision du gouvernement de   consacrer 20% des projets pour les micro-entreprises créées dans le cadre des dispositifs d’aide à l’emploi et de réserver pour les mêmes entités les   projets de la sous-traitance ».

Le gouvernement a toujours nié l’existence d’une intention de déclarer une amnistie pour les jeunes promoteurs qui n’ont pas encore payé leurs prêts aux banques. En revanche, les autorités se sont dites prêtes à accorder des échéances de paiement aux société en difficulté.