Le président du parti Front El-Moustakbal, Abdelaziz Belaïd, ajoute sa voix à ceux qui doutent des capacités de Abdelaziz Bouteflika à gouverner le pays. Lors d’une conférence de presse animée vendredi à Alger, le dirigeant politique a estimé que le message envoyé par les dirigeants suite au limogeage de Abdelmadjid Tebboune est double.

L’un est adressé au peuple « c’est que maintenant, le peuple et nous tous devrons avoir peur, parce que celui qui dirige est inconscient ». le second message est festiné, selon lui, à la communauté internationale. Cela signifie que l’Algérie « est un pays instable », a ajouté Abdelaziz Belaïd.

La sortie de ce chef de parti n’est pas anodine. L’homme est connu pour être proche de certains dirigeants qui sont dans le giron du pouvoir. Il a longtemps été cadre important au sein du FLN avant de quitter ce parti et de fonder sa propre formation politique, Front El Moustakbal, qui a obtenu 14 sièges de députés lors de la dernière élection législative. L’homme est-il donc informé ?

L’homme a poursuivi ses critiques en estimant que le changement survenu à la tête du Gouvernement, M. Belaid a estimé que ce dernier « est une suite logique de la crise politique et économique qui affecte le pays depuis des années », tout en déplorant   « l’absence d’une vison objective et pragmatique capable de faire sortir le pays de la crise actuelle ».