On en sait un peu plus sur les coulisses du limogeage d’Abdelmadjid Tebboune. Selon plusieurs sources concordantes consultées par Algériepart, Tebboune a été piégé de manière spectaculaire par Ahmed Ouyahia. Explications. 

C’est, effectivement, l’ancien chef de cabinet de la Présidence de la République qui a tout manigancé pour faire aboutir le plan de “désactivation” de Tebboune. Fin juillet, au moment où la polémique fait rage entre Tebboune et plusieurs hommes d’affaires et à l’heure où une véritable tempête médiatique secoue le Premier Ministre, c’est Ahmed Ouyahia qui pris attache avec Tebboune pour lui demander de prendre un congé de quelques jours.

Selon nos investigations, Ahmed Ouyahia a contacté Tebboune le 31 juillet, au lendemain de la fameuse cérémonie des funérailles de Rédha Malek, pour lui signifier que la Présidence accorde un congé de deux semaines de repos au Premier Ministre pour qu’il puisse revenir en force et préparer la rentrée sociale.

Abdelmadjid Tebboune prend note et s’exécute. Il part en France croyant sincèrement que cette instruction émane réellement de la personne du Chef de l’Etat qui s’inquiétait pour lui en raison de ce qu’il subissait comme “manœuvres de déstabilisation”.

En réalité, Ahmed Ouyahia et ses alliés notamment Saïd Bouteflika ont souhaité uniquement éloigner Tebboune du territoire national pour exécuter la dernière phase de leur plan destiné à remplacer Tebboune à la tête du gouvernement. Ce dernier recevra un autre coup de fil d’Ouyahia lui confirmant que la Présidence approuve l’invitation du Premier ministre français, Edouard Philippe lequel avait souhaité s’entretenir en privé avec le Premier ministre algérien. Tebboune tombe encore dans ce deuxième piège et pense réellement qu’Ahmed Ouyahia retransmet seulement les instructions du Président.

A sa sortie de Matignon à Paris, Tebboune assiste ébahi aux révélations et accusations d’Ennahar TV et des autres médias proches du clan présidentiel. Il comprend dés lors qu’il vient de se faire manipuler. A l’étranger, loin du pays, il tentera de rectifier le tir en se défendant et remettant ses adversaires à leur place. Mais ce fut trop tard car dés son retour de congé, le plan d’Ouyahia, de Saïd Bouteflika et de leurs alliés est d’ores et déjà mis en place. Au bout de quelques heures, Tebboune apprend son limogeage. Il ne peut que plier ses bagages laissant derrière lui une rue qui a commencé à l’aimer et d’immenses regrets. Il a payé cash sa naïveté, et son inexpérience dans les intrigues, face aux coups bas….