Messaoud Benagoun, encore et toujours. Ce jeudi, l’ex-ministre du Tourisme s’est retrouvé encore une fois sous les feux de la rampe. Pendant 48 minutes, Messaoud Benagoun a été désigné une nouvelle fois ministre du…Tourisme. 

Sa désignation n’a duré que 48 minutes puisque l’information a été rapidement corrigée par la suite et son nom fut retirée de la liste du nouveau gouvernement d’Ahmed Ouyahia. Les deux téléphones de Messaoud Benagoun n’ont pas cessé de sonner pendant tout ce temps. Et toute l’Algérie s’est exclamée sur ce retour bref et surprenant. L’APS, l’agence de presse de l’Etat, fut rapidement pointée du doigt et accusée de tous les maux. Amateurisme, manipulation, grossière erreur ? En vérité, l’APS n’est aucunement responsable de cette bourde.

Selon les recherches menées par Algériepart, c’est la direction de communication de la Présidence de la République, dirigée par Farida Bessa, une ancien journaliste de l’ENTV, qui a fait parvenir le texte intégral du communiqué du Palais d’El-Mouradia. L’APS, comme à son habitude, n’a fait que recopier les termes de ce communiqué à la virgule près.

Le nom de Messaoud Benagoun figurait donc initialement dans le texte rédigé par la Présidence de la République. L’erreur provient ainsi de cette institution. Mais pourquoi une telle bourde ? Il demeure difficile, pour l’heure, de se recueillir les informations précises et fiables concernant ce cafouillage au sommet de l’Etat. Selon nos informations, Ahmed Ouyahia voulait accorder un portefeuille ministériel au parti d’Amara Benyounès, le MPA, auquel appartient Messaoud Benagoun. Amara Benyounès a milité encore une fois pour le retour de son poulain. Mais Ouyahia n’a pris aucun engagement et aucun accord officiel n’avait été scellé.  Algériepart poursuivra ses investigations dans cette affaire.