Entre le régime algérien et Ahmed Ouyahia, il y a une véritable histoire d’amour. Une histoire qui remonte à 1993 lorsque Ahmed Ouyahia est nommé à sa première fonction en qualité de sous-secrétaire d’Etat aux Affaires arabes et africaines, puis de chef de cabinet de Zeroual en 1995, avant d’être nommé plusieurs fois chef du gouvernement.

Né le 2 juillet 1952 à Iboudraren (wilaya de Tizi Ouzou), Ahmed Ouyahia, diplômé de l’Ecole nationale d’administration (ENA), a été affecté en 1981 comme conseiller aux Affaires étrangères à l’ambassadeur d’Algérie en Côte d’Ivoire, puis en 1984, à la direction de la Mission permanente de l’Algérie aux Nations unies à New York.

De 1988 à 1989, il est nommé co-représentant algérien au Conseil de sécurité des Nations unies, puis chargé d’études au cabinet du ministre des Affaires étrangères avant de devenir directeur général du département africain du même ministère.

Nommé ambassadeur au Mali en 1992, Ahmed Ouyahia a été chargé de négocier la paix comme intermédiaire dans le conflit entre le gouvernement malien et le mouvement de l’Azawad dans le nord de ce pays et qui avait abouti à la  signature du Pacte national de Bamako.

De retour à Alger en 1993, il est nommé sous-secrétaire d’Etat aux Affaires arabes et africaines sous le gouvernement présidé par le défunt Rédha Malek. Chef du gouvernement de 1995 à 1998 et de 2003 à 2006, Ahmed Ouyahia a effectué son retour à la tête de l’Exécutif, mais cette fois comme Premier ministre de 2008 à septembre 2012, date à laquelle il sera remplacé par Abdelmalek Sellal.

Il a occupé, en outre, le poste de ministre d’Etat ministre de la Justice de 1999 à mai 2002 et ministre d’Etat représentant personnel du président de la République de juin 2002 à mai 2003. Il a aussi occupé le poste de directeur de cabinet de la présidence de la République à deux reprises.

Ouyahia est également secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), deuxième force politique du pays après le parti du Front de libération nationale (FLN). En janvier 2013, il démissionne de son poste de secrétaire général du RND et il est remplacé par Abdelkader Bensalah. En juin 2015, après la démission de ce dernier, il est de nouveau secrétaire général par intérim avant d’être confirmé dans son poste lors du congrès du RND en mai 2016. Ahmed Ouyahia est marié et père de deux enfants.