Comme il fallait s’y attendre, Ali Haddad a été la première personnalité publique à avoir exprimé sa position sur la nomination d’un nouveau Premier ministre.

Quelques minutes après l’annonce du retour de Ahmed Ouyahia aux affaires, le patron du FCE a « félicité » le nouveau locataire du palais du Docteur-Saadane. « Après la nomination par son excellence le président Abdelaziz Bouteflika d’Ahmed Ouyahia au poste de premier ministre, Ali Haddad lui présente en son nom et au nom du FCE, ses chaleureuses félicitations », a écrit le FCE sur sa page Facebook.

L’organisation patronale dit qu’elle est « disponible pour travailler avec Ahmed Ouyahia et l’ensemble des institutions de la République dans le cadre du dialogue et de la concertation pour construire une économie forte et compétitive ».

La réaction de Ali Haddad sonne comme une revanche d’un homme qui a juré, depuis le mois de juin dernier, d’avoir « la peau » du, désormais, ex-Premier ministre. L’homme, redevenu puissant quelques jours après avoir été déstabilisé par Abdelmadjid Tebboune, affiche ainsi ses muscles et démontre, à ceux qui l’ont enterré très vite, qu’il est toujours là. Pis, il veut démontrer également que c’est lui qui a pesé dans le choix du Premier ministre. Un juste retour de l’ascenseur de celui qui a qualifié, il y a quelques mois, Ali Haddad, comme son « ami ».