Malgré les scandales et les milliards engloutis, la pelouse du stade olympique Mohamed-Boudiaf d’Alger s’est de nouveau dégradée. Abandonnée depuis la fin du championnat, la pelouse du mythique stade de la capitale est devenue jaune et ne ressemble plus qu’à un champs de patate.

Pourtant, en l’espace de 5 ans, la pelouse a été refaite au moins 3 fois. A chaque fois, c’est un échec. Pis, les entreprises qui sont choisies pour effectuer l’opération se limitent souvent à poser le gazon et s’en aller sans assurer par la suite la maintenance nécessaire et le suivi. C’est le cas de la société néerlandaise qui a été obligée de refaire la pelouse en 2016 après la dégradation d’un ancien gazon posé quelques mois auparavant. Le ministre de la jeunesse et des Sports, El-Hadi Ould Ali, avait alors sommé l’entreprise de refaire les travaux à ses frais. Mais au bout de quelques matchs, la pelouse s’est de nouveau dégradée. A qui la faute ? Qui paiera les pots cassés ?

Rappelons enfin qu’en septembre 2015, les travaux de rénovation et d’extension du stade du 5 juillet ont coûté pas moins de six (6) milliards de DA à l’Etat, à savoir plus de 60 millions d’euros. Deux ans plus tard, ce stade peine encore à accueillir des matchs de foot. Un véritable scandale.