Comme nous vous l’avions promis dans notre dernier article à propos de Djezzy, nous vous faisons part aujourd’hui des chiffres catastrophiques liés à la très mauvaise gestion du président du conseil d’Administration d’OTA publiés aujourd’hui jeudi par la maison mère VEON comme nous l’indique ce lien: https://veon.com/Global/Files/Results/2017/VEON%20Q2%202017%20Full%20announcement%20v2.pdf

 

Ainsi le rapport  que vous pouvez consulter sur ce lien nous indique que le revenu total de Djezzy a été de 25.3 milliards de dinars durant ce deuxième trimestre 2017 alors qu’il s’établissait à 25.5 milliard de dinars au dernier trimestre 2016  et en baisse de 8% comparé au deuxième trimestre 2016.

 

L’EBITDA qui représente les bénéfices avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement s’élevaient à 11,4 Milliards de Dinars, en baisse de 18.7% par rapport  aux 14 Milliards de Dinars de la même période en 2016, mais en baisse également par rapport au premier trimestre 2017 ou les bénéfices étaient de 12.5 Milliards de Dinars.

Djezzy perd énormément d’abonnés ! by Anonymous uKab5aIwr on Scribd

 

La même tendance s’est fait ressentir sur la marge bénéficiaire qui a baissé, passant de 51,1% au second trimestre de l’année 2016 à 45,1%.

Comme nous l’avions mentionné dans notre article du 19/06/2017, le CAPEX qui indique le total des dépenses d’investissements a baissé de 33,7%. En plein déploiement 3G/4G les investissements se sont élevés à 3,1 milliards de dinars pour le deuxième trimestre 2017, contre 4,7 milliards à la même période l’année précédente. Ce qui est le plus effarant reste la perte de 600.000 clients durant le deuxième trimestre 2017 par rapport au premier trimestre 2017 !

Ce sont 15,5 millions d’abonnés qu’annonce Djezzy au deuxième trimestre 2017 alors qu’ils étaient 16.1 millions au premier trimestre 2017 et 16,3 millions lors du premier trimestre 2016. Cette hémorragie est l’indicateur de la faible attractivité des abonnés pour les produits et services d’OTA.

 

Djezzy préférera bien évidemment communiquer sur les seuls chiffres de la data qui, en fait ne sont en rien un exploit mais une migration normale à un mode de consommation digital et à comparer les chiffres data avec les autres opérateurs Djezzy n’est pas dans une position dont elle peut se réjouir.

 

Pour conclure, les résultats du second trimestre de Djezzy publiés aujourd’hui par VEON, prouvent de manière irréfutable l’ampleur du bilan désastreux de Vincenzo Nesci.

 

Nous vous avions fait parvenir des articles relatant la déstabilisation de la distribution par une équipe commerciale défaillante malgré l’arrivée de Mathieu Galvani qui n’a pu redresser la situation commerciale.

 

Nous n’avons cessé de mettre l’accent sur la gestion médiocre de Vincenzo Nesci incapable de gestion saine, nous vous avons divulgué ses préférences à ménager des personnes proches du pouvoir au détriment des règles déontologiques pourtant présentes sur le site de l’entreprise.

Les promesses d’annonces du tout digital et des investissements d‘un Milliard de dollars n’auront été à ce jour que des paroles non suivies.

 

La plateforme digitale Internet a été lancée par VEON dans de nombreux pays dits majeurs, tels que la Russie, l’Ukraine, la Géorgie le Pakistan et l’Italie, excluant L’Algérie qui n’en fait pas partie, VEON contredisant ainsi le discours faussement triomphaliste des managers de Djezzy.

https://veon.com/media-center/Press-releases/2017/VEON-Launches-Personal-Internet-Platform-in-Major-Markets/

 

Pourtant tous ces mois durant et à chaque occasion, les responsables de cet opérateur de téléphonie mobiles n’ont cessé de tenter de dresser un bilan positif de leurs actions. Certains organes de communications ont relayé ce discours qui s’avère aujourd’hui être creux et éloigné de la réalité comme le prouvent ces chiffres.

 

Cette baisse du chiffre d’affaire de Djezzy aura un impact certain sur les revenus fiscaux du trésor algérien. La mise au chômage forcé du personnel des 5 distributeurs de Djezzy va encore accentuer la déstabilisation de cet opérateur. Tout cela sans qu’aucune mesure ne soit prise par le FNI, partenaire à 51% dans le capital de Djezzy, ni les autorités compétentes qui ont toutes les capacités et les moyens d’apporter un changement positif à cette dérive managériale qui risque de laisser des milliers de familles en pâtir.