Le Groupe Metidji, spécialiste dans la production agroalimentaire à base de céréale, est l’un des groupes privés les plus prospères en Algérie. Safina est l’une des marques les plus célèbres de ce groupe. Une marque connue pratiquement à travers tout le territoire nationale. 

Derrière ce succès fulgurant se cache Mr Metidji Hocine Mansour qui est né le 07/06/1949 à Tiaret dans une famille de grands propriétaires terriens. La SPA Metidji est un holding regroupant plusieurs Entreprises dont les filiales sont : ETANCHAL, Metidji Transport de Marchandise, le Comptoir du Maghreb, Les Grands Moulins du Dahra, Les Moulins de la Chorfa et La Maiserie de la Tafna et qui sont gérées avec son fils M’hamed Zoubir DG du groupe et sa fille Souad Responsable financière.

 

L’histoire de cet empire a commencé en 1971, âgé tout juste de 21 ans le jeune Hocine rachète à Relizane l’entreprise Jossermoz Annecy devenue la société Oranaise de Construction qui produit des cabines sahariennes pour les bases vies dans le Sud.

Selon certaines indiscrétions, ce serait avec l’aide de feu Larbi Belkheir que le succès de cette entreprise a pu être possible. Dans les années 80 Mr Metidji Hocine Mansour, que l’on dit proche d’Abdelaziz Belkhadem, député FLN dans la wilaya de Tiaret de 1977 à 1992, créera avec ses frères deux sociétés, INOXAL qui se spécialise dans les produits d’acier inoxydable et ETANCHAL, qui fabrique des produits d’étanchéité.

 

Durant l’année 2000, il créé à Mostaganem les Grands Moulins du Dahra et lance la marque SAFINA, puis en 2005 étend son influence dans la ville de Sidi Belabbés. Toujours la même année, l’ERIAD de Sidi Belabbés cède aux Metidji la maïserie La Tafna à Maghnia où une bonne partie du personnel est licenciée alors que le repreneur avait promis des embauches supplémentaires.

 

En 2012, il créé un haras et à son inauguration offre un cheval au Président de la République, son fils M’hamed âgé de 36 ans devient le Président de la Fédération Équestre Algérienne où il y a été reconduit pour trois années supplémentaires en mars 2017.

Les Metidji sont devenus quasi incontournable à l’ouest avec les minoteries, semouleries, unités de couscous et de cornflakes. Ils comptent parmi les principaux pourvoyeurs de semoule, pâtes alimentaires et de nombreux produits dérivés du maïs et de l’amidon, innovant même avec une récente unité de fabrication de produits sans gluten à Alger.

La famille est devenue très puissante, au point d’obtenir, avec une facilité déconcertante, des concessions de plusieurs hectares et de parvenir à se faire aménager des silos sur de nombreux ports pour stocker les produits importés, leurs navires céréaliers n’attendant plus au port grâce à leur maîtrise des rouages et des pratiques de passe-droits que nous vous avons décrites dans un de nos derniers articles.

 

Sa stratégie d’expansion continue et suit le même procédé basé sur le soutien de personnalités puissantes, puisque Hocine Metidji vient de s’associer avec l’ancien président du FCE, Rédha Hamiani, le fils du patron du laboratoire pharmaceutique LPA, Mustapha Ait Adjedjou, entre autres au sein de la société SM2I.

 

Nous avons été, en revanche, étonnés qu’en Novembre 2016, Hocine Mansour Metidji ait été décoré avec les honneurs par la France, qui lui a remis les insignes d’Officier du Mérite Agricole pour sa réussite…en Algérie.

 

Cette famille qui est parvenue à s’enrichir en Algérie, dont le père siège au FCE en qualité de vice-président, possède toutes ces industries et sociétés de produits céréaliers, qui a accès à tant de privilèges financiers pour sa réussite, possède en fait la nationalité française comme le prouvent les documents exclusifs que nous mettons ici à votre disposition.

Les biens immobiliers à Paris de la famille Metidji by Anonymous uKab5aIwr on Scribd

 

C’est ce qui explique que Bernard Emié, l’ex Ambassadeur de France en Algérie, se soit lui-même déplacé jusqu’à Mostaganem pour lui remettre une distinction honorifique.

 

C’était en fait le citoyen français Metidji que son représentant remerciait au nom de la France.

 

L’Algérie aura bien réussi à cette famille puisqu’ils ont même acquis de nombreux biens dans les quartiers huppés de la capitale française sous forme de SCI qui ont pour dénomination :

 

Les ZIBANS créée le 10/03/2003 au 4 boulevard Maurois dans le 16ème arrondissement de Paris.

 

165 HAUSSMANN créée le 12/11/2012 au 165 Boulevard Haussmann dans le 8ème arrondissement de Paris.

Les biens immobiliers de la famille Metidji à Paris by Anonymous uKab5aIwr on Scribd

 

10 RUE DU GENERAL LANREZAC créée le 22/12/2003 au 10 10 rue du général Lanrezac dans le 17ème arrondissement de Paris.

Les biens immobiliers en France de la famille Metidji by Anonymous uKab5aIwr on Scribd

L’empire immobilier à Paris de la famille Metidji by Anonymous uKab5aIwr on Scribd

 

Tout le monde, à la lumière de ce qui précède, se poserait légitimement quelques questions, à savoir comment la famille Metidji a pu transférer des fonds d’Algérie afin acquérir ces biens immobiliers ? Qu’aurait donc apporté Mr Metidji à la France pour mériter une telle distinction de la part de la France ? Qui de l’Algérie ou de la France Mr Metidji aurait-il pris la défense dans ses choix d’ordres économiques, financiers ou autres? Le saurons-nous un jour…. ?