Deux jours après l’inauguration de  « l’usine» Volkswagen à Relizane, le ministère du Commerce veut comprendre pourquoi les voitures « montées » en Algérie sont toujours plus chères. Une enquête est ouverte dans ce sens.

Depuis quelques mois, les prix des véhicules neufs, y compris ceux qi sont assemblés en Algérie, ont pris des proportions inimaginables. Pis, certains modèles, comme la Dacia Logan Sandero, montée dans l’usine de Oued-Tlilat à Oran, se retrouve dans les circuits informels avec des prix dépassant largement son prix initial. Sur certains sites de vente en ligne, ce véhicule, très demandé, est proposé à 2,8 millions de dinars, alors que son prix de sortie d’usine ne dépasse pas 1,7 millions de dinars.

Plus que cela, certains modèles sont vendus à des prix largement supérieurs à ceux des marchés des pays européens. Cela malgré l’instauration de mesures d’encouragements fiscaux destinés aux pièces détachées destinées au montage automobile.

Cela se passe au moment où les prix des véhicules d’occasion atteignent, eux aussi, des niveaux inimaginables. Une hausse des prix qui se poursuit tandis que les pièces détachées commencent à manquer sur le marché.