Dans nos investigations sur l’affaire de SOS Mobile et BEIN SPORTS, rapportée sur nos colonnes il y a quelques semaines, nous avions découvert une nébuleuse de personnes influentes au niveau de la Direction Générale des Impôts qui ont pris part à casser la dynamique de cette entreprise.

Nous vous livrons aujourd’hui une partie de ce que nous avons pu découvrir, et vous ferons part d’autres constations sur comment cette administration, soudée par des intérêts communs, use de pratiques illégales pour favoriser certaines entreprises au détriment d’autres.

Mohamed Abdou Bouderbala, pour lequel nous avions consacré un article il y a quelques jours, a enchaîné les postes au niveau de la Direction générale des Impôts, passant de Directeur de la législation fiscale en juin 1990 à Directeur général en 2000.

Il a pris le soin, à chaque fois qu’il grimpait d’un échelon au sein de cette importante institution, de mettre des personnes à qui il faisait confiance pour pouvoir influer et avoir le contrôle sur l’ensemble des décisions de l’administration fiscale.

Ainsi lorsqu’il quitte la direction des impôts pour la Direction des Douanes en 2006 pour y rester jusqu’en 2015, Mr Bouderbala avait pris soin de recommander Mr Raouya à sa place en tant que Directeur général et Mr Zikara a alors naturellement occupé la place de Mr Raouya au niveau de la Direction de la Législation Fiscale.

Aujourd’hui encore, c’est la même clique qui gère les impôts, Zikara est par intérim le Directeur général des Impôts alors que Mr Raouya est passé Ministre des Finances…

La société CONDOR appartenant à la très influente famille Benhamadi avait importé en 2014 des démodulateurs HUMAX, manifestement en produits finis, comme le montrent les captures vidéo que nous vous avions mises à disposition dans un article précédent.

Ces produits étaient déclarés aux douanes en Kits pour bénéficier d’un taux réduit de taxes et à cette même période nous retrouvons Mr Abdou Bouderbala à la tête des Douanes Algériennes !

C’est lorsque le gérant de SOS Mobile s’est plaint officiellement, lésé par cette concurrence déloyale basée sur des opérations opques et sur de fausses déclarations en douanes, que ses ennuis avaient alors commencé.

Il y a lieu de rappeler que c’est GTS Télécom, le client principal de CONDOR pour ces démodulateurs, qui a été le principal  bénéficiaire de l’arrêt programmé de SOS Mobile !

Il était hors de question de laisser un honnête opérateur, gênant les activités douteuses d’un groupe, rendre possible une dénonciation qui mettrait tous ces intervenants face à leurs responsabilités pénales.

Dans un premier temps SOS Mobile a été contrôlé par les services de douanes, et au grand désarroi des initiateurs de ce contrôle, il n’a rien été trouvé comme infraction à leur reprocher.

C’est étrangement l’équipe du Ministère des Finances qui a alors pris le relais, Abdou Bouderbala s’appuyant sur les fonctionnaires qu’il avait placé au sein de l’administration fiscale…

Quels intérêts avait Mr Abdou Bouderbala, en sa qualité de patron des douanes, de permettre à la société gérée par Mr Benhamadi de minimiser illégalement, à travers de fausses déclarations, les produits importés ?

Mr Mouloud Bouderbala, le frère de l’ancien patron des douanes,  Directeur de Condor Alger-Centre, aurait-il facilité les échanges entre les deux hommes ?

Comment a-t-on pu laisser des directeurs centraux exercer à ces postes durant d’aussi longues années et s’accaparer ainsi de l’administration au détriment des administrés ?

Des questions que pourront poser les enquêteurs avec certainement de meilleurs résultats que nous, pour peu qu’ils soient animés de la même volonté pour faire la lumière sur cette affaire.