Contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas les routes qui causent le plus d’accidents de circulation. Toutes les études sérieuses montrent que l’homme, avec ses comportements, est largement responsable des drames qui se produisent sur les routes. Une tendance confirmée par un bilan fourni par le centre national de prévention et de sécurité routière.

Selon cet organisme, qui s’est appuyé sur le bilan des accidents de l‘année dernière, e facteur humain est la première cause des accidents de la route avec 11.861 accidents sur un total de 12.358, soit un taux de 95,98%, suivi de l’état du véhicule (2,36%) et de l’état de l’infrastructure routière et des conditions atmosphériques (1,66%).

Concernant le facteur humain, l’excès de vitesse représente ainsi la plus grande cause des accidents avec 2.671 cas (21,61%), suivi de l’inattention du conducteur dans les quartiers (1.625 accidents), soit 13,15%, et des dépassements dangereux (787 accidents), soit 6,37%.

Parmi les accidents provoqués par le mauvais état du véhicule, les pneumatiques défectueuses ont causé 128 accidents, soit 1,04%, le freinage défectueux (75 cas), soit 0,61%, et les défauts mécaniques (52 cas), soit 0,42%.

Annuellement, près de 4000 citoyens meurent suite aux accidents de la route. Le chiffre est descendu, l’an dernier à moins de 4000. Pour les 6 premiers mois de l’année en cours, 1.695 personnes ont trouvé la mort sur les routes. Une baisse sensible comparativement à la même période de l’année dernière où 1.919 personnes sont mortes.