Lorsqu’un bateau est déchargé au port, il y a une suite d’opérations et d’interventions nécessaires qui sont facturées par l’entreprise publique qui gère le port au client-importateur.

Ainsi, lorsque la grue portuaire du port d’Oran est utilisée pour le débarquement de marchandise, la prestation est facturée à l’importateur au prix normal de 450 DA/ Tonne lorsqu’il s’agit de pipeline et autres tuyaux ou pour tous colis lourds.

Pour aller plus dans le détail, lorsqu’une marchandise lourde, comme les pipelines, est traitée au port, son enlèvement et son transfert sont facturés aux environs de 800 DA/Tonne selon le cahier des tarifs et ce lorsque la marchandise n’est pas traitée en sous plan, ce qui veut dire du navire sur camion directement.

Le nettoyage du cargo est également une prestation facturée à l’importateur pour un montant de 40.000 DA plus une prestation d’assainissement d’eau qui se chiffre à un montant de 5000 DA.

Autre exemple, le treuilliste en charge comme son nom l’indique des opérations liées au treuil est payé à 205 DA/ Tonne pour les colis lourds et les pipelines.

Lorsque il s’agit d’une équipe de manutention à bord et à terre, la tonne est facturée à 360 DA.

Sur les prestations du navire IMKE arrivé le 4/01/2015 selon la facture N°0294/2015/00132015 du 15/03/2015 et qui concerne le groupe ETRHB HADDAD SPA, appartenant au richissime Ali Haddad, les prestations pour les opérations de grue pour les pipelines étaient bien facturées à 450 DA/Tonne et le transfert à 500 DA/Tonne ainsi que l’enlèvement à 300 DA/Tonne. Et pourtant, les prestations de nettoyage et d’assainissement manquaient.

Selon nos sources, ce navire a connu le 20/05/2015, lors de la commission de recours un remboursement de 900.000 DA correspondant au transfert de la marchandise. Et pourtant la marchandise ne peut aucunement faire l’objet d’un enlèvement sans un transfert en première zone et ce par mesure de sécurité.

Sur toutes les autres factures du port d’Oran destinées à l’ETRHB de l’homme d’affaires Ali HADDAD que nous nous sommes procurés, ces prestations ont été soit minimisées à un montant qu’aucun autre opérateur ne peut solliciter, soit n’ont tout simplement pas été prises en considération.

Qu’il s’agisse de la facture N° 0332/2015/01752015 du navire ARTOVA arrivé le 28/02/2015, de la facture N° 0203/2015/01102015 du navire ONAT arrivé le 07/02/2015 nous ne retrouvons aucune trace des prestations des opérations d’enlèvement et de transferts sur les 6 factures à notre niveau, soit les 800 DA/Tonne de marchandise ayant utilisé la grue portuaire.

Le calcul est vite fait quand on sait qu’un navire transporte un peu plus de 1600 tonnes en pipelines.

Le treuilliste est facturé à l’ETRHB à 50 DA/Tonne comme stipulé sur les factures que nous mettons à votre disposition au lieu des 205 DA/Tonne.

La prestation de l’équipe Bord-Terre est, quant à elle, facturée à 250 DA/Tonne pour l’entreprise de Ali HADDAD au lieu des 360 DA/Tonne. De même le nettoyage du cargo ne fait plus partie d’une prestation à la charge de l’entreprise d’Ali Haddad, elle lui a été gracieusement offerte par les gestionnaires du port d’Oran.

Selon notre source, des personnes au service d’Ali HADDAD et de son entreprise et travaillant au port d’Oran auraient même falsifié les libellés des factures de pipelines en déclarant du fer rond afin de faire bénéficier l’ETRHB d’une prestation de transfert dont le montant est de 110 DA/ Tonne au lieu des 500 DA et l’enlèvement de 80 DA/Tonne au lieu de 300 DA/Tonne !

D’autre part, l’entreprise de Mr HADDAD a sollicité dans certains cas des recours auprès de l’entreprise publique du port d’Oran pour lui octroyer ce qu’elle estime être des erreurs de facturation alors qu’elle jouit du prix le plus bas pour ces opérations.

Le responsable du port qui était également président de la commission des recours a toujours favorisé l’ETRHB en lui octroyant des faveurs sur les factures alors qu’il s’agit d’argent public.

Ainsi Mr FASLA Mahmoud Djawed, Directeur de l’exploitation du port d’Oran à l’époque de ces faits, a permis à Ali HADDAD de ne payer lors des opérations portuaires que la somme de 570 DA/Tonne au lieu de 1665 DA/Tonne toutes prestations confondues !

Ces factures du port d’Oran à l’entreprise ETRHB d’Ali Haddad, et qu’Algeriepart s’est procuré dans le cadre de son enquête, révèlent de graves dépassements qui ont engendré un manque à gagner d’au moins de 8.000.000 de DA à l’Etat uniquement sur les 6 factures que nous détenons.

L’ampleur de la perte à gagner ne pourra être véritablement connue que si l’on dépêche une commission indépendante, l’IGF ou des spécialistes qui pourraient ainsi donner une précieuse aide à la gendarmerie nationale qui a pris en main ce dossier grâce à l’intervention du chef de la 2ème région de la gendarmerie nationale, le Général OTHMANI, remplacé le 5 juillet 2016.

Les responsables de l’entreprise portuaire d’Oran, dépendant du ministère du transport, ont-ils transgressé la loi et dilapidé l’argent publique dans l’affaire de l’ETRHB ? A vous d’en juger.