Arrêté le 5 juin dernier pour “divulgation de documents officiels“ a des étrangers, le journaliste6fixeuem Said Chitour ne quittera pas la prison de sitôt. La justice a refusé la demande de liberté provisoire introduite par ses avocats. L’homme devra attendre que l’instruction prenne fin.

«Nous ne nous sommes pas pourvus contre cette décision pour ne pas prolonger la détention du prévenu, surtout que le juge devra clore son instruction, en début du mois d’août, avec la dernière audition et le dossier devra être renvoyé devant la chambre d’accusation juste après», ont expliqué Khaled Bourayou et Miloud Brahimi, ses avocats, au journal El Watan.

De retour d’Espagne, Saïd Chitour a été arrêté, le 05 juin derbier à l’aéroport d’Alger. Il est accusé d’avoir donné des documents confidentiels à des étrangers ». Il tombe sous le coup de l’article 45 du Code pénal. Il est puni « quiconque rassemble des renseignements, objets, documents ou procédés dont la réunion et l’exploitation sont de nature à nuire à la défense nationale ou à l’économie nationale, dans l’intention de les livrer à une puissance étrangère».

Selon ses avocats, leur mendant n’a rien à voir avec les faits qui lui sont reprochés. «Dans le dossier, il n’y a aucun document prouvant que ces faits ont été commis. De par son statut de journaliste, il ne peut avoir accès à des informations aussi importantes. L’article 45 ne s’applique nullement à son cas. J’ai confiance en la justice et j’espère profondément que la qualification des faits soit revue», déclare Me Miloud Brahimi, selon la même source.

Diabétique, Said Chitour risque de connaitre des complications sanitaires, selon ses proches.