De l’ensemble de la classe politique française, Jean-Luc Mélenchon est celui qui trouve les mots les plus justes pour qualifier les situations. Cette justesse de vue ne concerne pas que les questions internes à son pays. Cela peut également avoir un lien avec les relations internationales.

Ainsi, lors d’une réunion de la commission des Affaires Etrangères de l’Assemblée nationale française, consacrée à un accord que doivent signer la France et l’Algérie, l’ancien candidat de la France insoumise (extrême gauche) a contredit tous ses interlocuteurs concernant l’Algérie. Alors que les autres membres de la commission se perdent en chiffres concernant la place de « marché important » de la France ou encore de « client » dans lequel des entreprises françaises investissent, Jean-Luc Mélenchon intervient, calmement, pour remettre les pendules à l’heure.

Non « l’Algérie n’est pas qu’un marché, c’est un peuple et une nation ». Mieux que cela, il pense que l’Algérie est « un partenaire » avec lequel les deux pays ont la langue en commun. « Nous n’avons que des pensées affectueuses pour elle « l’Algérie » », a conclu l’homme politique.

Un avis qui sort de la vision de certains hommes politiques français qui ne voient en l’Algérie qu’un marché !