En décembre 2016, le secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Abdelmadjid Sidi Saïd, estimait que la main étrangère menaçait la stabilité du pays. En effet, il a accusé « la main étrangère » de vouloir instrumentaliser la fronde sociale qui prend de l’ampleur afin de déstabiliser le pays.

Or, pendant ce temps-là, le patron de l’UGTA n’a jamais dissuadé son propre fils de collaborer avec cette même “main étrangère” pour faire du business. Preuve en est, Ramine Sidi Saïd détient une société en France située à 6 RUE DE PONTOISE 75005 PARIS.

L’entreprise du fils de Sidi Saïd a été créée le 01/05/2010 et enregistrée en France sous le numéro 522633411. Il s’agit d’un société dont la forme juridique est (Autre)personne physique. La principale activité de Ramine Sidi Saïd est le conseil en affaires et en gestion.

Il s’agit du conseil et l’assistance opérationnelle apportés à des entreprises et autres organisations sur des questions de gestion, telles que la planification d’entreprise stratégique et organisationnelle, la reconfiguration de pro la conception de méthodes ou procédures comptables, de programme de comptabilisation des dépenses, de procédures de contrôle budgétaire le conseil et l’assistance aux entreprises et aux services publics en matière de planification, d’organisation, de recherche du rendement, de contrôle, a-t-on appris suite à nos recherches.

Selon nos investigations, le fils du patron de l’UGTA a arrêté son business en France en septembre 2016. Mais il n’est pas encore exclu qu’il développe d’autres projets à l’étranger. Algériepart poursuit son enquête. Rappelons enfin que plusieurs les enfants d’Abdelmadjid Sidi Saïd détiennent plusieurs entreprises en Algérie. Ils sont impliqués dans plusieurs affaires juteuses qui leur procurent un train de vie très aisé comme il a été expliqué et démontré dans notre précédent article. Sidi Saïd est un leader syndical qui vit, décidément, comme un véritable… homme d’affaires.