En l’espace de quelques semaines, la liste des produits interdits ou soumis à des autorisations d’importations s’élargit. Les services du ministère du Commerce ont défini une liste de nouveaux produits de large consommation concernés par cette mesure de restriction.

Il s’agit avant tout de vêtements, des produits cosmétiques, des parfums et autres produits d’hygiène corporelle. Cela concerne une centaine de nouveaux produits. Une décision qui semble faire l’unanimité parmi les producteurs de ces produits dans le pays et même parmi les observateurs de la scène économique.

Cela peut créer, cependant, des pénuries de certains produits qui ne peuvent être fabriqués localement. C’est le cas de certains vêtements qui ne peuvent être disponibles en quantité et en qualité dans le pays. Cela peut également encourager le marché informel.

Cette nouvelle liste s’ajoute à celle qui a été publiée au début du mois de juillet. Elle concerne des produits alimentaires (mayonnaise, moutarde, quitchup…), certains produits intrants dans le domaine de la construction (céramique…) et du bois.

La politique des licences d’importation a commencé, en 2016, avec les véhicules. L’an dernier, quelques licences ont été attribuées. Mais pas cette année où les concessionnaires ont compté sur leurs moyens propres pour importer quelques milliers de voitures !