Algeriepart s’est procuré une vidéo longue de 15 minutes qui met à nu la relation incestueuse entre le politique et les affaires.
Dans cette vidéo filmée en 2014 à l’intérieur des entrepôts gérés par Swissport à l’aéroport d’Alger, on peut clairement voir des palettes cellophanées en train d’être déchargées de conteneurs par des chariots élévateurs sous l’œil passif et complice des douaniers.
Le zoom plus rapproché sur les cartons indique l’inscription Humax, une marque sud-coréenne qui fabrique des démodulateurs satellite, des enregistreurs DVD, des téléviseurs. D’après nos investigations, ces cartons renfermaient des décodeurs importés de Chine par la société privée CONDOR. Ironie du sort, ce sont ces mêmes décodeurs qui ont servi à pallier au remplacement des décodeurs de la société SOS Mobile dans l’enquête que nous avions publié il y a quelques jours.
Ce qui est le plus grave est que sur ces cartons de produits finis, emballés et importés de l’étranger vraisemblablement pour une revente en l’état, on peut y lire la mention : Made in Algeria !
Ainsi donc, l’importateur de ce produit, au vu et au su de toute l’administration des douanes, des services de sécurité nombreux sur ces sites sensibles, a été autorisé à bafouer les lois de notre pays  depuis plusieurs années sans qu’aucune partie ne décide de mettre le holà.
Comme nous, vous vous êtes certainement posé la question de savoir quel intérêt auraient nos responsables à laisser des pseudo fabricants-importateurs de produits finis emprunter le couloir vert des douanes, et déclarer des produits en kits pour profiter d’un taux de douane réduit ?
Il faut savoir que, et nous en détenons toutes les preuves, le manque à gagner pour le trésor public est de l’ordre de 60% de la facture d’importation ce qui correspond au montant des taxes douanières en plus de la valeur de la TVA puisqu’il s’agit visiblement d’une importation de produits finis. Cependant, Condor déclare qu’il importe en kits et ne paye que 5% des droits de douanes.
Durant notre enquête, qui nous a mené au cœur du système d’alliances et d’ententes contre nature entre politique et affaire, on retrouve à chaque fois des personnes proches de l’administration et des politiciens qui ont décidé de verrouiller pour leurs seuls intérêts des marchés et créer ainsi de grands groupes privés qui redistribueraient à leur tour une part de cette richesse “volée” à qui les aiderait à se servir impunément.
Le modus operandi est classique et connu depuis des décennies.
On se protège mutuellement quitte à éliminer de véritables bâtisseurs gênants, on coopte des proches membres de la famille de responsables en les plaçant à des postes clés, on s’arrange pour communiquer sur les emplois créés en mettant sous silence toute la misère que ces décisions rendent possibles.
Car combien de petites et grandes industries et entreprises ont été contraintes de fermer, combien d’entreprises publiques ont été réduites à néant pour servir des appétits qu’attirent la seule captation de la rente pétrolière ?
Combien d’injustices devront subir les algériens, pourtant, compétents et diplômés mais dont l’avenir a été ainsi confisqué ?
Ce système sait il qu’il est entrain de faciliter l’expression de tous les extrémismes en ignorant les aspirations de ses concitoyens ?
Car en effet, il faut savoir que ce système de copinage est à la base de la ruine de notre pays par l’accaparement de la richesse appartenant à tout le peuple algérien au profit de quelques centaines de personnes.
Nous sommes passé en quelques années d’un monopole d’État à un monopole privé avec le consentement de nos décideurs et sans que le quotidien de l’Algérie ne s’améliore.
Cette vidéo qui nous renseigne sur la profondeur du mal qui ronge l’Algérie est édifiante sur cette relation entre politique et affairisme ou seul l’argent décide.
Elle met la lumière sur des pratiques mafieuses à très haut niveau puisque les mêmes acteurs de l’administration se retrouvent parachutés d’un poste à un autre souvent juste pour perpétuer le système.
Ces pratiques érigées en système politique, qui reposent sur le népotisme, la corruption et l’injustice n’apporteront rien au peuple ou à notre jeunesses, rien d’autre que créer des monstres qui deviendront vite encombrants pour le gouvernants.
A l’instar de Haddad, Rebrab ou de Benahammadi qui, comme l’actualité vient de le montrer, sont capables de menacer la stabilité du pays et le gouvernement à travers les syndicats, avec des perspectives de grèves et de manifestations manipulées uniquement pour faire perdurer la prédation engendrée par ce même système qui les a fait naître.
Il est grand temps que tout cela cesse pour ceux qui aiment véritablement l’Algérie.