C’est une première ! Ali Haddad a reçu ce dimanche 16 juillet un avertissement sérieux et sévère de la part du nouveau gouvernement présidé par Abdelmadjid Tebboune. 

Le ministre des Travaux Publics et des Transports a publié ce dimanche une mise en demeure adressée à l’ETRHB, le groupe d’Ali Haddad, qui a raflé de nombreux projets depuis plusieurs années à travers tout le pays. Cette mise en demeure menace le groupe d’Ali Haddad de résilier un important contrat concernant le projet de la réalisation de la rocade côtière entre Marsa Ben Mhidi et Ghazaouet qui a bénéficié d’une enveloppe de 952 millions de DA et l’ETRHB a d’ores et déjà bénéficié d’un premier paiement de 451 millions de DA, à savoir plus de 4 millions d’euros.

Et pourtant, les travaux de ce chantier ont été arrêtés sans aucun motif alors qu’Ali Haddad a touché l’argent de ce projet. Les autorités réclament à Ali Haddad de renforcer le chantier en moyens humains et matériels et d’approvisionner le chantier en matériaux de construction.

Le ministère des Travaux Publics donne un délai de 60 jours à Ali Haddad pour appliquer ces mesures, sinon il risque une résiliation à ses torts. Des poursuites judiciaires à l’encontre du richissime homme d’affaires ne sont pas à exclure dans ce cas de figure. Cette mise en demeure intervient 24 H après l’incident de l’Ecole Supérieure de la Sécurité Sociale où Ali Haddad a été prié de quitter les lieux avant l’arrivée du Premier Ministre Abdelmadjid Tebboune. Cet avertissement, unique en son genre au regard des privilèges dont avait bénéficié pendant des années le groupe ETRHB, démontre que la guerre froide qui oppose les deux hommes risque encore de dégénérer.