Le 10 juillet dernier, Algériepart a révélé que le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, avait un fils qui possédait une entreprise de réalisation d’ouvrages électriques. Nous nous sommes interrogés sur les risques d’une potentielle situation de conflit d’intérêts qui pourrait porter un sérieux préjudice à la crédibilité du gouvernement.

Algériepart a poursuivi ses investigations et a constaté que Mohamed Kamel Guitouni, le fils de Mustapha Guitouni a lancé, en réalité, son entreprise en 2005 dans le cadre du dispositif de l’ANSEJ. Selon nos recherches, il avait effectivement réalisé des branchements et extensions pour le compte de la Sonelgaz dans le cadre d’un appel d’offres pluriannuel qui s’est étendu sur une période de 5 ans.

En revanche, l’entreprise du fils de l’actuel ministre de l’Energie n’a jamais travaillé dans les centrales ni dans les grands projets de la Sonelgaz, a-t-on encore appris. Selon plusieurs sources concordantes, l’entreprise de Mohamed Kamel Guitoni n’a ni les moyens ni les qualifications nécessaires pour réaliser des réseaux dans les centrales électriques.

Selon nos recherches approfondies, le fils du ministre dispose de 7 ouvriers, d’un fourgon et d’un camion. En 2016, il a réalisé un chiffre d’affaires de 25. 000. 000  DA. L’entourage du ministre de l’Energie nie toute possibilité de conflit d’intérêts car en 2006 Mustapha Guitouni occupait la fonction de PDG de la SDA Alger alors que son “fils a travaillé pour le compte de la SDO (Oran). Deux sociétés complètement autonomes l’une par rapport à l’autre”, souligne enfin une source qui connaît très bien ce dossier.