Aller sur la plage peut être un calvaire quand on est Algérienne. C’est pour cela qu’un groupe de près de 3 200 femmes a vu le jour il y a deux semaines sur Facebook, à Annaba. Objectif : se baigner en nombre pour ne plus craindre les regards. En toile de fond, un harcèlement sexuel et moral inhérent à un conservatisme culturel prépondérant.

“J’ai toujours refusé de restreindre mes libertés à cause de certains hommes, mais beaucoup de femmes n’ont pas ce ‘courage'”. Lorsqu’elle va à la plage, Randa est mal à l’aise. Pourtant, malgré les regards insistants, les remarques et les insultes, la jeune Algérienne de 22 ans n’hésite pas à porter son maillot de bain deux pièces. “Je suis victime de harcèlement sexuel depuis que j’ai des formes féminines. Je sais que c’est universel mais j’ai l’impression que ça sévit plus chez nous”, raconte cette habitante d’Annaba, une ville côtière du nord-est de l’Algérie comptant près de 258 000 habitants.

“Ici, nous devons composer avec le harcèlement, que ça touche à nos tenues vestimentaires ou aux lieux que nous fréquentons. C’est extrêmement frustrant”. Il y a une dizaine de jours, la bônoise a été ajoutée par sa voisine à un groupe “secret” – dont nous ne citerons donc pas le nom – sur Facebook. Créée le 1er juillet, la page a rassemblé 1 500 femmes en une semaine. Elle en compte désormais près de 3 200, vivant toutes à Annaba. Objectif : leur permettre de se baigner sans être gênées, et de la manière dont elles l’entendent.

Aller à la plage en nombre pour lutter contre le harcèlement

Le fonctionnement est simple. L’administratrice du groupe propose des dates, les membres choisissent celle qui les arrange le plus via un sondage, puis elles se donnent rendez-vous dans la semaine, à une plage de la ville. Deux sorties ont déjà été organisées, le 5 et le 8 juillet, et une autre a lieu ce jeudi 13. Randa a participé à la première. “C’était très agréable car on se sentait bien, à l’aise, épanouies au milieu de beaucoup de femmes. On se sentait supérieures numériquement donc c’était très rassurant”, raconte la bônoise. Si les premières sorties ne comptaient que quelques dizaines de membres, 100 sont déjà attendues pour la prochaine.

“Chez nous, être seule en bikini au milieu d’une dizaine d’hommes, ce n’est pas agréable”, confie Randa. En venant en nombre, en se baignant à plusieurs, les femmes montrent qu’elles existent au même titre que les hommes. Car c’est de cela qu’il est question : se réapproprier l’espace public. “Si on ne fait pas ça, on risque d’être bannies des plages comme on l’est de certains cafés. La rue est envahie par les hommes”, assure Randa. Les femmes, elles, se font de plus en plus discrètes, victimes de harcèlement sexuel et moral, “au quotidien”.

Par mesure de sécurité, une des règles régissant le groupe Facebook est son caractère secret. Ainsi, les dates et lieux de rendez-vous ne sont connus que par les femmes qui en sont membres. Motif : éviter une riposte d’hommes désapprouvant l’initiative, qui pourraient venir aussi nombreux que les femmes. “Je ne pense pas que l’on en soit à l’agression physique. Mais, pour moi, le harcèlement moral et sexuel est une agression, et ce n’est pas normal de subir ça”, déplore Randa.