Ce jeudi 13 juillet, Rachid Nekkaz, l’opposant politique et star des réseaux sociaux en Algérie, a perdu son procès contre le fils du PDG de Sonatrach, Nacim Ould Kaddour. Le tribunal de Grande Instance de Nanterre à Paris vient de le condamner à une amende de 10 mille euros pour atteinte à la vie privée. 

Et comme nous le montre ce document officiel délivré par ce tribunal français, Rachid Nekkaz est condamné à supprimer ses publications jugées diffamatoires et insultantes à l’égard du fils du PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour. D’ici 48 heures, Rachid Nekkaz doit retirer ses publications et ses vidéos où il s’attaque à Nacim Ould Kaddour, un homme d’affaires établi à l’étranger et âgé de 38 ans. La justice française a jugé ses publications comme portant atteinte à l’intimité de la vie privée de Nacim Ould Kaddour.

Rachid Nekkaz risque une sanction de 2000 euros par jour s’il ne supprime pas ses publications sur les réseaux sociaux dans les 48 h à venir. Ce verdict confirme que Rachid Nekkaz a échoué dans sa cavale menée depuis plusieurs contre la famille du PDG de Sonatrach qu’il accuse de “traîtrise” et de “détournement” des richesses nationales.

Néanmoins, Rachid Nekkaz semble se réjouir de ce verdict et crie à la victoire en se targuant que le tribunal de Nanterre ait “rejeté la condamnation à 50 000€ d’amendes ainsi que la publication du jugement et rejette les accusations de chantage financier”, a-t-il expliqué sur sa page Facebook. Rachid Nekkaz annonce, enfin, qu’il “va faire appel de cette décision”.