Le 29 juin dernier, à la surprise générale, le DG de Colaital, l’une des 15 unité de production des produits laitiers du groupe Giplait, Benyezzar Nadir, a été démis de ses fonctions. Officiellement, le motif invoqué pour ce limogeage est l’insuffisance des résultats financiers de Colaital comme il est expliqué dans ce document officiel obtenu par Algériepart. 

Les arguments avancés par le conseil d’administration de GIPLAIT ne sont nullement fondés, a-t-on constaté suite à nos investigations. Benyezzar Nadir, un manager fortement apprécié par son staff et ses employés, a laissé derrière lui un bilan financier des plus appréciables. Algériepart a obtenu des rapports démontrant une croissance soutenue de Colaital. Comme nous le montre ce document, le chiffre d’affaires de Colaital a évolué en 2016 par rapport aux années précédentes. Il s’agit d’une évolution de 15,42 %.

 

Dans cet autre document interne, il est mentionné qu’une augmentation significative du lait conditionné en sachet a été constaté lorsque Colaital était dirigé par Benyezzar Nadir. C’est qui a permis à Colaital de réduire conséquemment les pénuries du lait en sachet qui avaient martyrisé plusieurs localités du centre du pays.

Pourquoi a-t-on alors limogé ce DG ? Selon les informations recueillies par Algériepart, Benyezzar Nadir dérangeait les intérêts du PDG du groupe, Mouloud Harim, qui préside aux destinées de GIPLAIT depuis près de 15 ans ! Un règne marqué par de nombreux dysfonctionnements et des contre-performances. Une longévité renforcée par une impressionnante impunité puisque tout au long de ces années, aucun ministre du gouvernement ne le soumettra à l’obligation de rendre des comptes.

Le courant ne passait plus entre les deux managers et l’indépendance revendiquée par Benyezzar Nadir menaçait le pouvoir absolutiste de Mouloud Harim dont la gouvernance suscite aujourd’hui de nombreuses questions et soulève de nombreux soupçons de malversations. Nous y reviendrons dans nos prochaines enquêtes.