Les appuis et le pouvoir de l’argent peuvent mener loin, très loin en Algérie. C’est en tous cas « le destin » peu ordinaire de cet « étudiant » de l’université de Tébessa qui, par un coup de baguette magique, s’est permis de violer les règles qui régissent l’université pour s’offrir deux cursus en même temps et d’une même université. Le jeune homme, grand commerçant dans la ville de Larbi Tbessi, a eu même le privilège de recevoir, lors d’une cérémonie, les félicitations des responsables de sa faculté.

L’information aurait pu passer sous silence. Mais la section locale du CNES (Conseil national des enseignants du supérieur) a dénoncé un passe-droit et une violation flagrante des lois qui régissent l’université. Selon le journal Ennahar, qui a reproduit les fac-similés des bulletins de notes de l’étudiant, le « commerçant » en question se serait inscrit dans deux facultés en même temps ; celle de l’Histoire et elle du Droit et des sciences politiques.

Il a fait un double cursus alors que la loi interdit deux inscriptions parallèles y compris dans deux universités différentes. Pis, l’homme a passé ses examens simultanément dans les deux facultés. Bien sûr que le super étudiant est admis dans les deux examens et avec des meilleures notes !

Contacté par la publication, le Recteur de l’Université de Tébessa, Saïd Fekra, indique qu’il n’est pas au courant de cette affaire. « Je ne me mêle pas de la pédagogie », a-t-il dit. Son adjoint chargé de la Pédagogie affirme, lui, aussi que la gestion des étudiants relève des doyens des facultés !