La crise qui secoue le FLN connaît un nouveau tournant. Le chargé de Communication du vieux parti, l’ancien ministre des télécommunications, Moussa Benhamadi a quitté son poste. Le secrétaire général indique que l’homme a été limogé. Le concerné déclare qu’il a démissionné.

En début d’après-midi, des sites d’informations ont rapporté que Sadek Bouguettaya a été chargé officiellement des fonctions de chargé de la communication et de l’organique, en remplacement de Moussa Behamadi.

Monsieur Bougataya Sadek, qui est membre du bureau politique, est nommé comme chargé de l’organisation et de la communication », indique, en effet, un communiqué du FLN. Or, le concerné nie avoir reçu une quelconque notification. « J’ai demandé officiellement et par écrit au Secrétaire général de me décharger de cette mission de chargé de l’information et de la communication. Et je vous affirme que jusqu’à maintenant, je n’ai pas reçu de réponse », a-t-il indiqué au site TSA.

Des sources au sein du FLN révèlent que cela fait plusieurs semaines que le bureau de Benhamadi est fermé. Une manière de lui signifier qu’il est indésirable. Une situation qui a pris fin avec la nomination de Bouguetaya au poste de chargé de communication.

La situation étant clarifiée, Moussa Banhamadi sort du bois et joint sa voix aux opposants à Djamel Ould-Abbès. Il réclame, lui, aussi, une réunion extraordinaire du Comité central qui devra destituer le secrétaire général. « Le parti stagne », fulmine l’ancien ministre des TIC.

Cette nouvelle défection s’ajoute aux appels lancés par des cadres du parti appelant Djamel Ould-Abbès à quitter ses fonctions. Surtout que l’ancien parti unique devra se présenter aux élections locales de novembre affaibli par le recul lors des élections législatives. Chez beaucoup de militants, ce n’est plus la décision de départ de Ould-Abbès qui est posée, mais c’est plutôt la date de la concrétisation de celle-ci.