Les malades algériens pourraient être pénalisés dès mercredi matin. Si une solution n’est pas trouvée, les pharmaciens vont observer une grève de plusieurs heures.

Pour dénouer la crise, le gouvernement est entrain de s’activer dans le but de ramener les représentants du Syndicat national des pharmaciens d’officines (SNAPO) à la raison. Ces derniers se sont réunis, dimanche avec le ministre de la Santé, Mokhtar Haseballaoui. Mais ce dernier n’a rien pu promettre aux pharmaciens.

Il a juste, indiqué, qu’il allait transmettre les doléances à ses supérieurs.

Une réunion décisive aura lieu cependant ce jeudi. Autour du Premier ministre, se réuniront les ministres de la Santé, du Travail et des Finances. L’objectif étant d’acter de nouveaux avantages que les autorités publiques comptent accorder à cette corporation.

En attendant, les représentants du SNAPO n’ont pas apprécié les dernières sorties du ministre du Travail et de la protection sociale qui n’a pas montré de bonnes dispositions de réviser la nomenclature des médicaments remboursables.

Les représentants des pharmaciens réclament notamment l’augmentation des marges bénéficiaires qui leur sont accordées. Elles sont de 20% actuellement pour les médicaments génériques et ceux produits localement.