Les derniers chiffres donnés par l’ONS (Office national des Statistiques) sur les prévisions de l’évolution de la population algérienne d’ici 2030 peuvent donner à réfléchir. En plus du retour en force de la natalité et l’augmentation du taux de fécondité, la population algérienne sera de plus en plus vieillissante. Cela demande de revoir beaucoup de choses et surtout de penser l’économie algérienne autrement.

Malgré une légère baisse des mariages en 2016, le nombre de naissance pas année reste constant. Cela signifie tout simplement que la population algérienne dépassera le seuil symbolique de 50 millions de citoyens (plus exactement 51, 026 millions selon le rythme actuel de 2,4 enfants par femme). Un chiffre qui démontre que contrairement aux années 1990, la population algérienne s’agrandit à une vitesse grand V. Et d’ici 2030, le taux de vieillissement de la population algérienne deviendra plus important.

Alors qu’elle est de 77,1 ans pour les hommes et de 78,2 pour les femmes, l’expérience de vie à la naissance sera de 81 ans pour les hommes et de 83 ans pour les femmes d’ici à 13 ans. Or, dans le système actuel de santé, l’Algérie ne dispose même pas de services de gériatrie. Pis, le système de retraites est complètement défaillant. Le taux de cotisation actuel est de 2,7 cotisants pour un retraité, alors qu’il était de 5 cotisants pour un retraité il y a une vingtaine d’année. Cela signifie que la Caisse nationale des retraites trouvera du mal à verser les pensions de retraites aux Algériens.

Pour les jeunes, le taux actuel des naissances et l’augmentation constante des naissances exige des autorités de nouveaux plans de développement. En plus des logements qi devront être construits en nombre, le gouvernement devra penser à créer plus d’écoles, de terrains de jeux, de centres de formations et d’hôpitaux. La santé des mères et des enfants est une priorité nationale pour laquelle plus d’efforts devront être faits.

Mais plus que tout cela, la diversification de l’économie nationale et la libération des initiatives est plus que jamais nécessaire pour créer plus de postes d’emplois et répondre aux besoins d’une population de plus en plus exigeante.

Or, la raréfaction des ressources financières impactera à coups sûr les projets de développement qui devront s’adapter à une population de plus en plus nombreuses. Les autorités ne semblent pourtant pas être conscientes de la gravité de la situation. La preuve est qu’aucun travail de perspective ne semble être engagé et les responsables se contentent du gérer du sur-place.

Or, la situation actuelle exige un effort soutenu de communication pour demander aux Algériens de faire l’effort de planning familial et de redoubler d’efforts sur le plan économique afin de préparer des conditions idoines à une vie décente pour les Algériens qui arrivent. Sinon, la richesse que compte une population plus nombreuse pourra se transformer en un boulet !