C’est une mesure radicale qui va changer modifier totalement le paysage économique algérien. Les banques algériennes et les banques étrangères installées en Algérie n’ont plus le droit de financer les importations de plusieurs produits alimentaires très prisés par les Algériens comme le chocolat, la mayonnaise, les biscuits ou la confiserie. 

En effet, depuis le 1er juillet dernier, il n’est plus possible d’importer en Algérie les produits de préparations alimentaires comme le ketchup, la mayonnaise ou les diverses sauces. C’est une note officielle adressée par  l’Association professionnelle des banques et des établissements financiers (ABEF) à toutes les banques algériennes qui impose cette interdiction d’importation. En réalité, le document obtenu par Algériepart impose aux banques algériennes de surseoir à toute domiciliation d’importation de plusieurs produits alimentaires comme la biscuiterie, confiserie ou le chocolat.

Les équipements industriels tels que les transformateurs électriques, le marbre fini, le granit fini, les produits de plastique finis, les articles de plastique finis pour ménages, les produits de la robinetterie, les tapis, sont également concernés par cette interdiction de domiciliation bancaire comme nous l’explique clairement notre document :

 

 

Les algériens n’ont plus le droit d’importer du chocolat ou de la mayonnaise by Anonymous uKab5aIwr on Scribd

 

Cette nouvelle mesure a suscité un véritable malaise au sein du milieu bancaire en Algérie car elle étonne par sa brutalité. Du jour au lendemain, sans aucune concertation avec les acteurs économiques et les banques algériennes, les autorités procèdent à l’arrêt de ces importations. Et pourtant, ces produits alimentaires sont énormément consommés en Algérie et il n’est pas sûr que la production locale puisse répondre à la demande nationale. Nous y reviendrons dans nos prochaines enquêtes.