La famille de l’avocat Amara Mohsen, interpellé de manière très musclée vendredi dernier, dénonce de nombreuses violations et affirme qu’Amara Mohsen a été violenté et tabassé lors de sa détention au commissariat central d’Alger-Centre. 

“Il a été arrêté de manière violente lors de la prière du vendredi par des policiers en civil sans qu’aucun mandat de comparution, d’amener ou d’arrêt ne soit lancé par le Procureur de la République”, confie à Algériepart, l’épouse d’Amara Mohsen, l’avocate Amara Donyazade née Biskri.

D’après notre interlocutrice, Amara Mohsen a été tabassé et son corps est recouvert d’hématomes. “Les policiers auraient pu se présenter avec leur véhicule de service au niveau de notre domicile pour lui notifier son arrestation en bonne et due forme comme le prévoit la loi. Le Procureur de la République aurait pu l’appeler pour comparaître. Malheureusement, aucune de ces procédures légales n’a été suivie”, accuse l’épouse d’Amara Mohsen.

“Nous sommes très inquiets et ce qui est arrivé à Mohsen est une dangereuse manipulation”, déplore, pour sa part, l’ami de l’avocat interpellé Bennouala Yacine. Ce dernier confirme qu’Amara Mohsen s’est opposé au Procureur de la République de la Cour de Bir Mourad Raïs à Alger. Mais il balaie d’un revers de la main les accusations de bagarre concernant son ami avocat. “Il a juste contesté une décision du Procureur à propos de sa situation au sein du bâtonnat d’Alger”, assure enfin notre interlocuteur.