Un véritable scandale a ébranlé récemment la Mosquée de Paris, l’institution musulmane la plus influente et la plus populaire dans toute la France. Financée officiellement par l’Etat algérien qui lui accorde annuellement l’équivalent de deux millions d’euros, les responsables de cette institution religieuse ne tolèrent, visiblement, pas les critiques vis-à-vis du Chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika. 

Preuve en est, l’ancien conseiller chargé de la diversité de Nicolas Sarkozy, a été victime d’une agression caractérisée au sein de la Mosquée de Paris. En effet, Algériepart a obtenu le PV de  la police judiciaire de circonscriptions de sécurité de proximité (CSP) du 5e et 6e arrondissements à Paris, qui relate tous les détails de cette agression survenue le 28/11/2016 lors d’une réunion hebdomadaire à la Mosquée de Paris.

Selon le document en notre possession, l’un des hauts responsables de la Mosquée de Paris, en l’occurrence Louanoughi Mohamed, directeur de l’administration générale de la Mosquée de Paris, a proféré des menaces de mort à l’encontre d’Abderrahmane Dahmane pour la simple raison que ce dernier a fait des déclarations hostiles à Abdelaziz Bouteflika dans un média tunisien. “Je vais te creuser ta tomber”, a fait savoir ainsi le responsable de la mosquée de Paris qui n’a pas caché sa colère noire contre l’ancien conseiller de Sarkozy qui est aussi d’origine algérienne puisqu’il est né à Mechria le 04/05/1947.

Selon ce même PV de la police judiciaire française, Abderrahmane Dahmane a déclaré dans une interview accordé à un média tunisien qu’Abdelaziz Bouteflika devrait se retirer de la “vie politique ” parce qu’il est “malade”.  D’autres responsables de la Mosquée de Paris ont fait, par ailleurs, pression pour obliger Abderrahmane Dahmane à rédiger un communiqué où il se démarque de ses propos jugés “insultants” à l’égard de la personne du Président de la République.

L’affaire est aujourd’hui entre les mains de la justice française qui doit diligenter une enquête. Rappelons enfin que Mohamed Louanoughi est un personne très controversée au sein de la Mosquée de Paris. Selon le média très bien informé Mondafrique, Mohamed Louanoughi, un ancien militaire, travaillait en étroite collaboration avec l’ex-numéro deux des services algériens, le DRS, Ali Bendaoud. En septembre 2006, Mohamed Louanoughi avait défrayé également la chronique en proférant cette fois-ci au téléphone des menaces de mort à l’encontre de Kamal Kabtane, le « recteur » de la mosquée de Lyon.