Les assertions de Nordine Aït-Hamouda concernant les auteurs de l’assassinat du chanteur Lounès Matoub n’ont pas laissé tout le monde indifférent. L’ancien candidat aux élections législatives et président d’une association d’Algériens installés en France, a adressé une lettre au procureur de la République de Tizi-Ouzou lui demandant d’ouvrir une enquête judiciaire.

“Les nouvelles révélations faites le 1er juin à la presse nationale par Mr Nordine Ait-Hamouda sur l’assassinat de Matoub Lounès imposent la réouverture du dossier comme le demande la famille et comme peuvent le faire tous algériens comme moi”, écrit Omar Aït-Mokhtar dans sa missive qui rappelle que dans un passé récent, le député indépendant était lui-même « soupçonné lui-même » d’être « derrière » cet assassinat. La justice française avait cependant innocenté le fils du Colonel Amirouche.

En écrivant cette lettre, Omar Aît-Mokhtar n’ignore pas que Nordine Aït-Hamouda bénéficie de l’immunité parlementaire qui empêche tout jugement. « Je demanderai la levée de l’immunité parlementaire de Mr Nordine Ait hamouda pour le mettre à la disposition de la justice », écrit-il.

Il y a une dizaine de jours, Nordine Aït-Hamouda avait déclaré qu’il « connaît » les assassins de Lounès Matoub. Il a par contre précisé qu’il en donnera les noms plus tard, tout en désignant du doigt un groupe dans lequel activait Malik Madjnoun, un des deux hommes condamnés, en 2011, à 11 ans d’emprisonnement. L’homme est actuellement libéré après avoir officiellement purgé sa peine.

Mais la famille du chanteur et ses fans demandent toujours que « la vérité soit dite », 19 ans après l’assassinat de Lounès Matoub le 25 juin 1998.

Saïd Sadia