Le terrifiant fléau des enfants enlevés et assassinés est de retour dans notre pays. Et cette fois-ci, c’est la région de Tipaza qui a vient d’être secouée par un crime abject. Porté disparu depuis mercredi dernier, le petit Houssem a été retrouvé mort dans une mare près de l’autoroute reliant Bousmail et Khemisti.

L’enfant a été découvert dans un état de « non décomposition » des suites d’un appel adressé au numéro vert de la Protection civile signalant la présence d’un corps dans une mare d’eau, a révélé l’APS qui cite une source sécuritaire proche des  Les services de la Gendarmerie nationale relevant de la wilaya de Tipaza.

Le corps de l’enfant, ne portant aucune trace d’agression physique, a été transféré par les services de la protection civile accompagnés de la gendarmerie nationale à l’hôpital de Douéra (Alger) pour autopsie, précise la même source.

Parallèlement, les investigations de la police scientifique relavant de la Gendarmerie nationale se poursuivaient sur les lieux où a été découvert le corps sans vie de l’enfant pour recueillir le maximum d’indices et de preuves permettant d’élucider cette affaire qui a suscité l’indignation de l’opinion publique.

Houssem Belkacem, qui avait disparu depuis mercredi dernier, résidait à la cité des neufs martyres à Bousmail.

Pour rappel, un véhicule, en lien avec l’affaire, avait été saisi vendredi dans un garage près du domicile familial grâce à la brigade cynotechnique qui a eu recours aux vêtements de l’enfant. Deux individus, suspectés d’implication dans la disparition du petit Houssem avaient été arrêtés sur instruction du procureur de la République près le tribunal de Koléa.

Le procureur de la République près le tribunal de Koléa devra animer une conférence de presse dans les prochaines heures pour expliquer les tenants et les aboutissants de cette affaire.