Attaqué, cloué au pilori, isolé et diabolisé de partout, le Qatar n’a pas manqué de rendre hommage à l’Algérie qui lui a témoigné son soutien en maintenant les relations diplomatiques au moment où l’Arabie Saoudite et ses alliés lui livrent une sale guerre froide. 

Jeudi, lors de sa visite à Alger, le ministre qatari des Affaires étrangères, Soltan bin Saad Al-Muraikhi, a salué jeudi la position “honorable” de l’Algérie à l’égard de la crise entre son pays et ses voisins du Golfe, notamment à travers son appel à faire prévaloir le dialogue. “La position de l’Algérie est honorable. C’est le premier pays à avoir rendu public un communiqué pour appeler au dialogue et c’est ce à quoi nous oeuvrons avec de nombreux pays dans la région”, a précisé le ministre qatari dans une déclaration à la presse à l’issue de ses entretiens avec le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel.

“L’Algérie en tant que grand pays dans le monde arabe peut, de par son influence dans la région, jouer un rôle dans les relations interarabes”, a ajouté le ministre qatari. Le chef de la diplomatie qatarie a indiqué que l’objectif de sa visite en Algérie était de “l’examen des relations bilatérales et des derniers développements survenus au Golfe entre notre pays et l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis et le Bahrein”.

Le ministère des Affaires étrangères avait rendu public un communiqué dès le début de la crise entre le Qatar et ses voisins, dans lequel il a affirmé que l’Algérie “suit avec une grande préoccupation la dégradation des relations entre certains pays du Golfe et de la région et leurs répercussions sur l’unité et la solidarité du monde arabe”.