Après des mois d’attente, la maison de Lounès Matoub ne sera finalement  pas déclarée « patrimoine national ». La direction de la Culture de la wilaya de Tizi-Ouzou a en effet accédé à la demande Nadia Matoub, la veuve du chanteur, qui a refusé cette classification.

Dans un courrier daté de 11 juin dernier, la directrice de la Culture de la wilaya de Tizi-Ouzou a indiqué  que « suite à votre objection quant au classement de la demeure de votre défunt époux, feu Matoub Lounès, sur les listes du patrimoine local et national, formulée et remise par vos soins à mes services, j’ai l’honneur de vous informer que ladite mission est suspendue ».

La suspension fait suite à la demande de Nadia Matoub qui s’est toujours opposée au classement de la demeure de Lounès Matoub. Officiellement, la veuve réclame sa part de l’héritage. Or, la famille Matoub semble tout contrôler pour l’instant alors que son épouse n’a jamais été associée à la prise de décision. En janvier, le wali de Tizi-Ouzou a demandé à la direction de la culture de procéder à un audit qui lui permettra de trancher.

L’idée de classer la maison de Lounès Matoub comme patrimoine national est venu de l’ancien directeur de la Culture, l’actuel ministre de la jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali. L’idée n’a pas plu particulièrement à certains militants qui ont dénoncé une « tentative de récupération » de la mémoire du chanteur par le pouvoir.

Saïd Sadia