C’est un projet ambitieux qui devra changer le visage de la capitale Alger. La wilaya d’Alger a confié à la société algéro-espagnole “Mobilité, éclairage d`Alger”, créée suite à la signature d’un pacte d’actionnaires en juillet 2016 par l’Entreprise de gestion de la circulation et du transport urbain (EGCTU) et l’Etablissement de réalisation et de maintenance de l`éclairage public d`Alger (ERMA), relevant de la wilaya d`Alger, et deux sociétés espagnoles Indra et Sice,  la mission de doter notre capitale par des systèmes de régulation de la circulation. Pour mener cette mission délicate, un budget de 15 milliards de Da, à savoir près de 125 millions d’euros a été mis à la disposition de cette société algéro-espagnole.

L’objectif est de libérer les Algérois des sempiternels embouteillages qui durent des heures et des heures provoquant ainsi un véritable cauchemar dans les boulevards et rues d’Alger.

Cette société mixte va réaliser ce projet en trois (3) tranches qui seront réalisées en 55 mois, mais son entrée en fonction sera enclenchée après le onzième mois du lancement de la première phase du projet, nous apprend à ce sujet la direction des Transports de la wilaya d’Alger.

La première tranche sera réalisée en 28 mois avec une enveloppe financière de 6,9 milliards de dinars, à savoir près de 68 millions d’euros, qui servira essentiellement à l’instauration d’un centre de régulation de la circulation routière et à la mise en place de 200 carrefours avec feux tricolores.

Quant à la deuxième tranche, dont la réalisation commencera avant même le parachèvement de la première phase, elle sera réalisée en 25 mois avec l’installation de 304 autres carrefours à feux tricolores.

Pour la troisième tranche, elle sera réalisée en 18 mois et sera également lancée avant la fin de réalisation de la tranche précédente. Cette dernière tranche portera notamment sur la gestion des parkings, des trémies, des tunnels et la détection des véhicules à travers des caméras et des puces magnétiques.

Une fois ce dispositif installé, la société mixte se chargera d’exploiter et de maintenir le système de régulation pour une durée de cinq années renouvelables, explique la direction des Transports de la wilaya d’Alger.

Pour ce qui est du centre de régulation sis à Kouba, les travaux de construction ont déjà été lancés et sera mis en service onze (11) mois après le lancement de la première phase du projet.

Les premières localités qui bénéficieront de ce système de régulation de la sécurité routière seront El Biar et Bouzareah, souligne M. Ouazene selon lequel un carrefour pilote “intelligent” a été réalisé depuis quatre (4) mois  au niveau de l’avenue Bougara (El Biar). En outre, il est prévu que des projets similaires soient réalisés dans d’autres grandes villes du pays.