Pour faire face à la crise économique, Ahmed Ouyahia propose des solutions-chocs. Il préconise, ainsi, de privatiser des entreprises publiques afin de renflouer les caisses de l’Etat. Il a préconisé, à ce titre, « la privatisation d’un nombre d’entreprises publiques dont la situation financière se détériore en raison des problèmes liés au plan de charge et à la gestion », citant à ce titre des hôtels et minoteries qui « doivent être rachetés par des acquéreurs locaux », a-t-il indiqué lors d’une conférence de presse animée dimanche matin au siège de son parti à Alger.

Ce constat est venu du fait que l’ancien premier ministre a fait un constat amer de la situation économique du pays. « L’Algérie est confrontée à des défis et si on ne se remet pas debout sur le plan économique, on risque de se retrouver en 2024-2025 chez le FMI et ce sera la tronçonneuse », a averti le SG du RND, rappelant que le pays a déjà vécu la situation de l’ajustement structurel, notamment la révision à la hausse du taux d’intérêts et la dévaluation du dinar au début des années 1990.

Vendredi dernier, l’ancien premier ministre a qualifié de « populistes » certaines décisions du gouvernement. Il s’expliquera plus tard en assurant que son propos ne vise pas les autorités.

Samia Sadia