La popularité de certains programmes télévisuels qui émettent des critiques à l’égard de la situation politique du pays commencent à déranger nos autorités. Le succès d’Achour El-Acher et de Ness Stah diffusés sur Echorouk TV agacent sérieusement les autorités au point où des pressions commencent à être exercées sur le groupe Echorouk afin de le contraindre à suspendre la diffusion de ces deux programmes phares. 

Et depuis 5 jours, le quotidien Echorouk et la chaîne de télévision Echorouk TV ont été privés de la manne publicitaire publique distribuée par l’ANEP. Une mesure répressive qui vise à déstabiliser un groupe médiatique privé qui refuse de céder aux pressions et au chantage. Mais il s’agit surtout de semer la terreur parmi les journalistes et responsables d’Echorouk.

Cependant, le staff d’Echorouk refuse de céder à la panique. Et selon une source proche de la direction générale du groupe Echorouk, il n’est pas question de remettre en cause la programmation d’Achour El-Acher et Ness Stah. Ces deux programmes font des millions de vues sur le web et sont suivis par des millions de foyers. Echorouk TV caracole à la tête des sondages et études d’audience depuis le début de ce mois du Ramadhan. “A Echorouk TV, nous avons toujours promu la liberté d’expression et nous luttons pour que les Algériens aient le droit de donner un avis critique sur leurs pays et leurs dirigeants”, conclut enfin notre source.