Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, et chef de cabinet de la Présidence de la République, a avoué ce vendredi que l’Algérie a perdu au moins 37 milliards de dollars de ses revenus en devises l’année dernière, 2016, en raison de la crise financière qui touche notre pays. 

Ce chiffre révélé pour la première fois par un haut responsable algérien démontre que l’Etat a été durement touché par la baisse drastique des prix du pétrole. Ceci dit, Ahmed Ouyahia ne désespère et affirme que l’Etat algérien maintient une bonne politique. Il en veut pour preuve les 18 milliards de dollars accordés pour financer les transferts sociaux, à savoir les subventions des produits de première nécessité et le soutien au logement, santé et autres acquis sociaux.

Pour Ahmed Ouyahia “les acquis sociaux de l’Algérie pendant plus d’une décennie sont autant de preuve de tout ce que l’Algérie est capable de poursuivre en dépit de la crise financière”, ajoutant que “même en cette période de crise financière, l’Algérie maintient une politique sociale quasi unique dans le monde, une politique qui a besoin d’être davantage mise en valeur”.

Ouyahia a relevé enfin, qu’outre le défi financier, l’Algérie fait face aussi à d’énorme défis sécuritaires du fait de la situation dans la sous région avec “l’existence aux frontières de l’Algérie de dangereux foyers de crise dans certains des pays voisins avec d’importants réseaux terroristes et de narcotrafiquants et avec un important trafic d’armes”, rendant, par la même occasion, “un vibrant hommage à l’ANP et aux forces de sécurité pour leur engagement ainsi que leurs sacrifice pour garantir la sécurité du pays et des citoyens”.