Il n’y avait pas que l’affaire de la caméra cachée humiliante à l’égard de Rachid Boudjedra qui a suscité la colère de Saïd Bouteflika contre Ennahar TV. Algériepart a appris de plusieurs concordantes très proches de l’entourage du frère et conseiller du Président de la République que l’affaire Messaoud Benagoun, l’ancien ministre du Tourisme limogé de son poste la semaine passée, explique également ce revirement politique contre Ennahar TV. 

Said Bouteflika n’a pas du tout apprécié la tempête médiatique déclenchée autour du sulfureux et controversé ex-ministre du Tourisme, Messaoud Benagoun. Ce dernier fait partie d’une formation politique, à savoir le MPA d’Amara Benyounès, qui compte beaucoup sur l’échiquier politique de Saïd Bouteflika. Et le MPA a été très affaibli par la campagne virulente menée tambour battant par la chaîne de télévision d’Anis Rahmani. Accusation de corruption, atteinte à l’intégrité morale de l’ex-ministre, Ennahar TV a jeté un énorme discrédit sur la personne de Messaoud Benagoun qui a fini par quitter le gouvernement par la petite porte.

Une humiliation qui a porté un énorme préjudice à la MPA d’Amara Benyounès qui incarne, pourtant, une carte politique sensible notamment en Kabylie pour le clan de Saïd Bouteflika. Un clan qui s’active pour fidéliser tous ses soutiens en prévision des futures échéances dictées par la crise de succession d’Abdelaziz Bouteflika. Selon nos sources, le frère du Président n’a pas digéré les attaques orchestrées de manière très méchante à l’égard du parti d’Amara Benyounès. Saïd Bouteflika en participant publiquement à un rassemblement de protestation organisé en plein Alger-centre contre les dérapages d’Ennahar TV a saisi une précieuse opportunité pour prendre ses distances vis-à-vis de ce média devenu de plus en plus encombrant. Il en a profité également pour envoyer un message clair et net à ses alliés politiques du MPA : “je ne vous ai pas lâchés” !